Exemple de storytelling – Ma rencontre avec Sophie grâce à une dépanneuse

storytelling

Table des matières

Faites la différence et dites oui à la réussite :)

>> Découvrez dans ce pack de bienvenue les ingrédients de votre réussite

>> Ayez la confiance nécessaire pour construire VOTRE offre, obtenez des prospects grâce à vos valeurs et à votre SEO !

>> Accès au groupe Telegram pour échanger et avoir des conseils.

Qu’est ce que c’est le storytelling ?

 

Le storytelling, ce sont avant tout des mots pour exprimer une histoire, des rencontres, des interactions entre des gens, ce sont des émotions, des petites anecdotes de la vie quotidienne.

Quoi de mieux pour en parler qu’un exemple.

L’exemple que je vous propose, c’est ma rencontre avec Sophie !

———————————————————————————————————-

La sortie au bar

 

J’ai passé ma soirée de samedi dernier dans un bar avec mes amis, tous célibataires et contents de l’être à descendre deux trois pintes devant un match de foot sur grand écran.

Non pas que je sois fan de foot, loin de là. Mais le foot reste toujours un prétexte précieux pour nous voir.

En revenant des toilettes, mon regard croise celui de celle qui allait changer ma vie. Une jeune femme, pas plus de 35 ans environ, juste sublime, blonde, grande, des formes magnifiques.

En tout cas pour moi, elle est très belle, et efface en un instant toutes les filles présentes dans le bar ce soir là.

Un “petit” détail qui m’a beaucoup amusé : son petit t-shirt de Nirvana, improbable, mais qu’elle porte très bien.

Et surtout un regard incroyable, puissant qui me désarme, et qui me pousse vers elle, alors que je ne la connais même pas, n’ai rien à lui dire.

Parfois il ne vaut mieux pas chercher à comprendre et à accueillir l’instant présent.

C’est ce que je fais.

Carpe Diem. Les conséquences, on les verra plus tard.

Moi qui suis d’habitude si timide, je trouve un prétexte pour lui parler (tout trouvé : Nirvana évidemment). Je me lance.

Contre toute attente, elle ne m’ignore pas, me regarde même, puis me souris en me lançant une petite pique amusée. Je réponds à la pique de manière particulièrement inspirée. Comme si je jouais un moment décisif de ma vie. Je la sens curieuse de mon sens de la répartie.

Elle, non plus, ne semble pas habituée à engager la conversation avec de parfaits inconnus, en tout cas pas les dragueurs habituels.

 

Première étape : Début des échanges

 

On discute brièvement. Vu l’endroit et le volume sonore ambiant c’est déjà bien. Elle a une voix ultra sensuelle, et me regarde, vraiment.

Je me concentre très fort pour essayer de dire des choses intéressantes, pas trop bateau, histoire de ne pas passer pour le fameux dragueur de base du coin. C’est mon soir de chance, je réussis à la faire rire.

J’ai l’impression d’être dans un film de comédie romantique à l’américaine où le personnage principal réussit à attirer de manière improbable l’attention de la plus jolie fille du bar à ce moment-là.

Sauf que c’est la réalité et que je suis le personnage principal. Je me dis en continu à moi-même “reste concentré, reste concentré sur un malentendu elle voudra me revoir”.

La discussion se poursuit sous les yeux ébahis de mes potes.

Ce soir je les impressionne, et je m’impressionne moi-même.

Pourtant parler avec elle me semble tellement naturel et fluide.

Je comprends au bout de quelques minutes à son air gêné qu’elle accompagne une copine en pleine séparation, et qu’elle ne veut pas la laisser seule trop longtemps.

Elle s’excuse, me demande de l’attendre, et s’en va, rejoindre la table de sa copine déposer les différents cocktails qu’elles ont commandés et qui augurent une soirée bien arrosée pour toutes les deux.

Je la vois glisser quelques mots aux oreilles de sa copine, qui me regarde avec peu de discrétion.

Puis elle revient rapidement et me propose d’aller fumer une cigarette dehors.

 

Je ne fume pas et ne supporte pas l’odeur de cigarette, mais ce soir je m’en contre-fiche, elle peut fumer autant qu’elle veut du moment qu’elle me parle.

Je la suis vers la sortie. C’est vrai que dehors on sera mieux, et je n’aurai pas à subir le regard inquisiteur de mes amis.

On sort, elle met sa petite veste et réajuste ses cheveux. Les lumières extérieures illuminent son visage. Elle est encore plus mignonne que je me l’imaginais.

En bon gentleman je l’aide à allumer sa cigarette.

Elle s’excuse de m’imposer sa cigarette et lui réponds avec l’air blasé que j’avais besoin de respirer l’air frais.

Je ne dois pas avoir l’air très convaincant car elle sourit, touchée par l’effort, alors qu’au fond de moi je ne cherche qu’à passer le plus de minutes avec elle.

Le moment magique continue, on discute de nos métiers respectifs, moi publicitaire, elle journaliste en pleine explosion de carrière.

Le temps passe, et je sens que notre petite bulle va prendre fin lorsque la copine en larmes vient à notre rencontre en larmes “Il faut que tu viennes Sophie, Patrick veut me revoir, qu’est ce que je fais ?”.

Cette magnifique créature s’appelle Sophie. Très beau prénom. Classique mais il lui va bien.

Sophie, donc, demande deux minutes de plus à cette copine en pleurs (celle-ci rentre à l’intérieur, j’apprendrai plus tard qu’elle s’appelle Marjorie) : En éteignant sa cigarette dans le cendrier, d’un air détaché et évasif, elle me propose qu’on se revoit.

En effet, la publicité sur laquelle j’ai travaillé pour la dépanneuse XYZ l’intéresse (vous savez la fameuse publicité pour la dépanneuse XYZ qui a suscité tant d’intérêt) et voudrait s’en servir pour un article de son blog sur le métier de publicitaire et l’évolution du métier depuis l’avènement d’Internet.

Je crois que je n’ai jamais été aussi content de travailler sur une publicité pour une dépanneuse.

 

Seconde étape : Seconde rencontre

 

Chacun repart de son côté, et mes potes passeront le reste de la soirée soit à se moquer soit à m’interroger sur cette magnifique mais énigmatique Sophie.

On se revoit donc le Mercredi suivant pour poursuivre la discussion sous un angle professionnel.
C’est Sophie qui a choisi le lieu de rendez-vous, à une vingtaine de kilomètres, dans une ville presque voisine. Je ne la contredis pas même si je préférerais un lieu plus proche.

Je n’irai pas en vélo : Hors de question d’arriver en nage. Je prends donc ma voiture.

Tout va bien, je chante faux en écoutant la radio. Sophie m’attend et c’est tout ce qui m’importe pour le moment.

Je traverse la grande forêt que j’ai traversé tant de fois en vélo. Je suis euphorique comme jamais, ça faisait très longtemps qu’une fille ne m’avait pas fait autant d’effet.

Tout va bien.

 

Le drame avant la rencontre

 

Jusqu’à ce que j’entende un bruit bizarre, le moteur tousse et commence à fumer, le drame, moi qui suis mécanicien comme une vache espagnole.

La voiture s’arrête pas moyen de la redémarrer.

Le drame.

Le seul jour où ça ne devait pas arriver… Je commence à m’angoisser, seul sur une petite route de campagne, le réseau foireux (1 barre de réseau sur mon téléphone).

Et Sophie qui va m’attendre. Hors de question de ne pas honorer le rendez-vous. Hors de question de la décevoir.

Des soupirants autour d’elle, ce n’est pas ce qui manque. Je ne veux pas rester un soupirant, je veux la découvrir, respirer ses cheveux, sentir sa peau.

Bref, je veux la revoir, j’ai besoin de la revoir, entendre sa voix. Peut-être qu’elle a tous les défauts du monde. Mais au moins j’aurai appris un peu à la connaître.

A quoi elle pense ? Appréhende-t-elle le rendez-vous ?

Je lui envoie un message pour la prévenir de ma panne.

Le téléphone mouline quelques secondes interminables. Ouf, le message part.
Mon cerveau s’embrume je ne sais pas quoi faire et gère très mal les moments de stress.

Pourtant ce moment est tellement important pour moi, je ne peux pas laisser une fichue panne le gâcher.

“Allez, Nicolas, réfléchis un peu, bon sang. Trouve une solution !”

Je suis coincé ici, et le rendez-vous est encore trop loin pour que j’y aille à pied. Je n’ai pas mon vélo dans le coffre.

… Besoin d’une voiture…

 

On a toujours besoin d’une dépanneuse

 

Et là la petite idée de génie qui me vient à l’esprit.
La dépanneuse XYZ !!! Elle m’a servi pour intéresser Sophie elle va me servir pour me sortir de ce pétrin.
J’appelle mon contact de l’entreprise XYZ, lui explique mon problème.

Comme j’ai un bon contact avec lui, je n’hésite pas à lui donner plus de détails que nécessaire, histoire de susciter de l’empathie chez lui.

Il réfléchi, pianote sur son application en même temps qu’il me parle.

Bingo !

La chance me sourit : une dépanneuse peut être disponible d’ici 13 minutes. je renvoie un message à Sophie, elle comprend et m’attend. Tout va bien. Je n’ai plus qu’à attendre.

5 minutes…

7 minutes…

10 minutes… Toujours rien, pas de bruit de moteur au loin. L’euphorie d’il y a quelques minutes s’évanouit très vite. Une pointe de stress mélangée à de l’appréhension me submerge.

Enfin au bout de 16 minutes la dépanneuse arrive. Je la vois au loin, pas discrète du tout mais je m’en fiche.

Au final je n’arriverai que 13 minutes en retard au rendez-vous. Sophie a mis une petite robe classique, parfaite pour le bureau, qui lui va magnifiquement bien. Et le nœud dans les cheveux la rend encore plus sensuelle.

Nous discutons de manière informelle de mon métier, elle me pose des questions, je lui réponds, elle passe son temps à prendre des notes et me regarde à peine. Nous sommes tous les deux dans une stature professionnelle. Pourtant, je bouillonne à l’intérieur. Elle ne le voit pas.

Au bout d’une heure, pour me remercier de mon aide, elle me propose un verre dans le café du coin.

Nous nous reverrons plusieurs fois avant que quoi que ce soit de plus sérieux ne commence. A chaque fois avec cette même intensité.

Quelques mois plus tard, nous ne sous séparons plus et mes potes n’en reviennent toujours pas.

Comme quoi, même les dépanneuses peuvent créer des rencontres improbables et changer les destins.

Une question ? Un besoin ? Une demande d’information ?

D'autres sujets à découvrir sur le même sujet