Comment gérer ton stress ?

Table des matières

Comment gérer ton stress quand tu es entrepreneur ?

L’entrepreneur, seul sur son bateau entrepreneurial, est au four et au moulin, il peut avoir l’angoisse de faire les mauvais choix et vivre une phase de stress.

En parallèle, la nature nous fournit de merveilleux exemples d’espèces qui survivent grâce à des mécanismes de gestion du stress sophistiqués. C’est le cas du homard, qui excelle, médaille d’or olympique.

Tu trouveras ci-dessous des astuces pour mieux gérer ton stress dans ton quotidien d’entrepreneur.

Euh… Pourquoi le homard ? Parce qu’il évolue, progresse, grandit grâce au stress ressenti pendant ses phases d’inconfort.

 

Qu’appelle-t-on stress de l’entrepreneur ?

 

C’est l’ensemble des pressions et aux tensions spécifiques qui découlent de la création et de la gestion d’une entreprise : Risques financiers, risques d’échec, etc :

 

Pression financière

Les entrepreneurs doivent gérer les défis financiers, notamment les investissements ou autres financements, les flux de trésorerie, les revenus incertains et la quête de rentabilité.

 

Responsabilité personnelle

Les entrepreneurs sont responsables de la réussite de leur entreprise. Comme je dis toujours l’entrepreneur est seul sur son bateau.

 

Charge de travail élevée

L’entrepreneur est à la fois : créateur, fondateur, administrateur, comptable, directeur commercial et marketing. Et aussi réparateur de la machine à café et livreur de sushi.

Et il doit tout gérer de front. D’où l’intérêt de prioriser.

 

Incertitude et risque

Lancer une entreprise comporte toujours une part d’incertitude et de risque. Les entrepreneurs doivent faire face à l’incertitude du marché, à la concurrence, aux évolutions technologiques et à d’autres facteurs externes qui peuvent avoir un impact sur leur entreprise.

 

Gestion des équipes

Il faut savoir gérer les équipes, les recruter, les former, leur donner la vision d’entreprise qu’on souhaite.

Non, le management ne s’improvise pas. On gère des gens, pas des petits pains. Le management est un vrai métier.

Et je ne comprends pas qu’il y ait autant d’entreprises qui sous-évaluent l’importance d’un bon management.

Un salarié bien managé, encouragé, cadré, valorisé travaille mieux et plus et est plus rentable pour l’entreprise.

 

Équilibre travail-vie personnelle

L’équilibre est précaire au quotidien. Il faut savoir le préserver.

 

Retour sur le quotidien stressant de l’entrepreneur

 

La vie de l’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille. Il a des milliers de choses à penser au quotidien. Autant d’occasions potentielles pour lui de vivre un épisode de stress.

Entreprendre, c’est le grand saut dans le vide, l’inconnu et l’incertitude. En même temps, c’est une formidable opportunité de se révéler, d’apprendre à se connaitre, de s’accomplir en même temps que l’entrepreneur accomplit son projet.

Le stress de l’entrepreneur est une réalité et peut devenir une vraie source d’inconfort.

L’entrepreneur doit créer et inventer son activité de A à Z.

Il doit :

> Définir la problématique à laquelle répondre.

> Définir l’offre répondant à ce besoin.

> Définir son positionnement et son axe de différenciation.

> Définir son modèle économique, ses objectifs business, son pricing.

> Apprendre à bien connaitre ses utilisateurs cibles.

> Définir son marketing et sa communication.

> Définir les axes de sa présence digitale.

> Communiquer, se faire connaitre, convaincre et amener les prospects qui partagent les mêmes valeurs que lui à acheter son produit ou son service.

> Prendre des décisions. Même s’il comprend que le doute fait partie de l’équation entrepreneuriale. Le but n’est pas toujours de faire les bons choix mais plutôt les moins mauvais ou les moins risqués.

> Tester. Tester toujours son produit, son service.

> Trouver de nouveaux clients.

> Gérer la partie administrative et comptable et la trésorerie et gérer les clients non payeurs.

>

 

Alors, oui, le stress de l’entrepreneur est une réalité : il est responsable de ses décisions, il ne chôme pas, même si personne ne l’a forcé à prendre cette voie.

Et soyons francs, le plaisir extrême et addictif de créer son activité de ses propres mains et d’avoir les retours positifs de ses clients dépasse l’inconvénient de ces phases de stress.

Pour toutes ces raisons, oui l’entrepreneur est une cible particulière et facile au stress.

Tout dépend bien sûr de la nature dudit entrepreneur, de sa sensibilité, de sa résistance à la pression, au stress, de ses obligations familiales ou non, de ses contraintes financières, de l’âge de son activité.

Selon son parcours, peu à peu, l’entrepreneur apprend à gérer ces montagnes russes émotionnelles et se blinde et / ou s’assagit (du moins c’est ce que vois pour moi et pour les entrepreneurs autour de moi).

 

La réalité de  l’entrepreneur

 

Le stress de l’entrepreneur est une réalité. En effet, il a tant à penser entre la stratégie, le marketing, la communication, ses offres, se faire connaitre, prouver la valeur qu’il apporte. Tous ces enjeux majeurs pour le développement de son activité peuvent entrainer de l’anxiété, de l’angoisse, voire même du stress chronique.

Dans certains cas les risques psychosociaux associés aux symptômes de stress sont réels.

Loin de moi l’idée de noircir le tableau de l’entrepreneuriat qui représente une vraie opportunité de se développer, de s’accomplir et se révéler à soi, mais simplement de rappeler une des réalités de la vie de l’entrepreneur : Celui-ci est un client idéal pour le stress. Cela peut se traduire par une pression artérielle forte, une forme de mal-être, ou de non-alignement profond, un rythme cardiaque élevé, des troubles de sommeil / manque de sommeil, maux de tête ou migraine, des troubles anxieux, un épuisement mental, moral et physique jusqu’au burn-out.

De mon expérience, ce qui marche le mieux (en complément du lâcher prise et des pauses de plusieurs heures ou jours), c’est l’exercice physique (faire du sport), et autres techniques de relaxation, yoga. Objectif : se détendre et générer des endorphines.

La dernière solution reste la thérapie qui vient à l’esprit quand l’individu commence à somatiser en réaction au stress et aux conséquences du stress.

 

Exemple du homard : Comment il gère son stress, grandit et vit ses phases d’inconfort

 

Qu’est ce que le homard ? Le homard est un crustacé qui se protège des prédateurs grâce à sa carapace.

Il grandit, mais pas sa carapace qui reste à la même taille.

Ainsi, plus le mollusque grandit, plus il se sent à l’étroit dans sa carapace.

Seule solution pour lui pour quitter sa zone d’inconfort et se protéger des prédateurs :

Il va sous une roche : puis brise sa carapace. Ensuite il en produit une nouvelle.

Puis le cycle recommence : le homard grandit mais la carapace reste à même la taille, il est alors obligé de la briser pour s’en construire une nouvelle et ainsi de suite.

 

Qu’apprend-on du homard et de sa gestion du stress ?

 

Le stimulus pour que le homard puisse grandir correctement est cette situation de stress et d’inconfort.

L’inconfort pousse le homard à changer. En l’occurrence, ici il s’agit de changer de couche de protection.

Quand nous sommes malades, nous allons chez le médecin, prenons un médicament.

Le homard, lui, s’il avait un médecin, prendrait un médicament, et ne grandirait pas. Pourquoi ? Parce que son problème serait réglé à court terme. Mais pas à long terme.

Bien sûr, prendre un médicament pour un mal ponctuel et mineur n’est pas grave. Prendre des médicaments pour résoudre un mal psychologique, moral, mental, psychique, plus profond, non ce n’est pas la solution.

Parfois une aide extérieure s’avère fort utile.

Les médicaments sont loin d’être la solution ultime. S’ils servent de soutien psychologique, et bien dans ce cas trouvons-en d’autres, plus sains.

On pourrait parler alors du marketing des laboratoires pharmaceutiques qui nous font trop souvent consommer des médicaments à outrance sans que ce soit toujours justifié et qui pour le coup pourrait nous causer à long terme de véritables pathologiques. Merci à eux ! Mais là n’est pas le sujet en tout cas pas pour cet article.

Pour aller plus loin sur l’allégorie du homard, nous devons réaliser que les moments de stress sont des moments clés pour évoluer.

Exemples :

> Je n’aime pas mon boulot.

> Je n’arrive pas à me détendre le soir.

> Je dors mal.

> Je suis irritable.

>

 

Prendre le temps de s’écouter pour mieux gérer son stress

 

Combien de fois ai-je entendu cette fameuse phrase “dans la vie il ne faut pas s’écouter”.

J’ai changé d’avis sur ce précepte. Oui je crois qu’il faut s’écouter. Pas trop non plus car sinon à chaque coup de mou on ne fait plus rien.

Mais il faut écouter les signaux que nous envoie notre corps pour rester connecté à soi : écouter ses émotions, son corps, mettre des mots sur son ressenti.

Si on ne sent pas bien, fatigué, stressé, agacé, il sera difficile de faire comme le homard, c’est à dire changer de carapace.

En revanche, tu vas pouvoir réfléchir aux origines de ce stress : prendre le problème à la racine (c’est peut-être le moyen le plus efficace pour éradiquer cette phase de stress).

 

> Es tu fatigué.e ?

> As tu tiré sur la corde récemment ?

> Te sens tu aligné.e entre tes valeurs, tes actions et ta mission sur Terre ?

> Est-ce un coup de mou ponctuel ou répétitif ?

> Est-ce l’activité dont tu rêvais ?

> As tu encore trop de contraintes ?

> As tu des points de blocage que tu n’arrives pas à débloquer seul ?

> Quels sont les axes de ton activité qui ne te satisfont pas aujourd’hui ?

>

 

Le stress de l’entrepreneur trouve peut-être des réponses dans ces questions.

 

Tu vas pouvoir travailler sur ton cadre professionnel, changer ton organisation, ton rythme, le contenu de ta prestation, réorienter ton activité. Bien sûr l’idée n’est pas de tout envoyer valdinguer à la première contrariété mais de s’interroger en toute bienveillance et toute transparence sur ce qui nous plait, ne nous plait pas dans notre vie d’entrepreneur.

Tu vas pouvoir intervenir, selon tes besoins sur :

> La définition du cadre de ton activité dans sa globalité (tarif, prestation, produits, proposition de valeur, marketing, communication, présence digitale, etc).

> Tu pourras également intervenir selon le besoin sur ton hygiène de vie, sérénité, confiance en soi, gestion des émotions, gestion des priorités, charge mentale, organisation personnelle.

Oui, s’écouter s’avère une bonne arme contre le stress de l’entrepreneur.

 

Les bonnes pratiques et astuces au quotidien pour mieux gérer son  stress

 

On peut nier, refouler, prendre des médicaments ou se perdre dans l’alcool pour “oublier” les zones d’inconfort dues au stress.

Cela fonctionnera quelques heures seulement puis tu revivras la même situation d’inconfort plus tard.

Ou alors tu peux aussi procéder autrement : Faire un point avec toi-même. Oui c’est certainement douloureux, désagréable. Mais c’est salutaire, utile, et efficace.

Faites le point avec toi-même, accepte de te poser les questions désagréables, celles qui te forcent à voir la vérité en face.

Trop souvent, nous préférons rester dans notre zone de confort, aussi inconfortable soit-elle, car initier un changement peut parfois s’avérer douloureux même s’il est indispensable au bien-être.

Faire ce point avec toi-même (en toute honnêteté et bienveillance) va t’amener à conscientiser le problème et en même temps à prendre du recul. Dans un second temps, tu pourras plus facilement l’accepter et le solutionner.

Si nous utilisons l’adversité intelligemment, elle nous fait grandir. Certes, elle nous force à puiser dans nos ressources, mais en même temps elle nous rend plus fort, plus confiant sur notre capacité à résoudre un problème.

Cette histoire du homard nous montre encore une fois que grandir, évoluer passe par la sortie de sa zone de confort, la mise en danger.

Bien sûr la différence fondamentale, c’est que le homard mue par nécessité, l’entrepreneur et l’Homme changent en réaction à une situation de stress ou d’inconfort (les impacts sont à une autre échelle évidemment).

La difficulté nous impose de changer, d’évoluer, si et seulement si, nous le voulons. En toute conscience, et bienveillance envers soi-même, comme un ami.

Nous pouvons aussi rester dans une situation. Encore une fois, c’est une question de choix, une question de responsabilité envers soi-même.

On peut aussi parler d’activation d’instinct de survie, de mécanisme de défense pour permettre aux espèces de survivre, se protéger.

Je suis parti sur le homard pour cette allégorie. Mais il y a d’autres animaux devant activer ce mécanisme de défense pour survivre.

Oui sortir de sa zone d’inconfort s’avère un bon remède pour lutter contre le stress de l’entrepreneur.

 

Autres bonnes pratiques

 

> Apprendre à se connaitre.

> Développer la confiance en soi et son mindset.

> Décider d’être responsable de la manière de vivre sa vie.

> Regarder un film d’horreur (fonctionne pour certains individus, pas pour moi en tout cas).

> Manger une tablette de chocolat (le chocolat c’est la vie).

> Rire et sourire tous les jours.

> Prendre des cours de théâtre.

> Pratiquer une activité physique régulière (par exemple pratiquer un art martial, faire du yoga, veiller à sa souplesse).

> Dormir suffisamment.

> Gérer son emploi du temps afin de s’octroyer des moments de pause et laisser une marge de manoeuvre pour les urgences.

> Voir ses amis + prendre soin de sa vie sociale.

> Faire des pauses détente.

> Utiliser les médecines douces + Se soigner par les plantes.

> Respirer profondément et lentement.

> Vivre le moment présent en pleine conscience et relativiser.

> Affirmer ses souhaits, ses envies.

> Prendre soin de soi, et être bienveillant envers soi-même.

> Apprendre à méditer en pleine conscience (être régulier et choisir le bon timing pour toi, se créer un cocon).

> Comprendre qu’entreprendre implique pour le cerveau de sortir de sa zone de confort. Celui-ci est donc aisément soumis au stress. Il faut donc amadouer celui-ci par des exercices de lâcher prise et de méditation.

> Comprendre l’origine du stress : Quelle situation a provoqué l’apparition du stress.

> Stopper les réactions qui augmentent le stress : le fait de procrastiner par exemple, gamberger pendant des heures. Quand une réaction de stress se manifeste : tout mettre en stand by et respirer.

> Investir sur soi pour réduire le stress : Par des exercices de relaxation, sophrologie, méditation.

> En période de stress, il est important de s’observer soi-même avec clairvoyance et bienveillance pour comprendre ses réactions et son fonctionnement.

> Appliquer sur toi les méthodes que tu as déjà testées et qui fonctionnent.

 

Autres solutions

 

> Reconnaître les signes de stress (ex : irritabilité, fatigue, troubles du sommeil, maux de tête ou les douleurs musculaires).

> Prendre soin de son corps (marche, running, yoga, danse, méditation, respiration profonde, exercices de pleine conscience, ou toute autre forme d’exercice, écoute de musique apaisante, alimentation équilibrée, dormir, bonne hygiène de vie : éviter alcool et nicotine).

> Établir un cadre et des limites et déléguer (Apprendre à dire non, ne pas essayer de tout contrôler).

> Organiser et planifier.

> Cultiver des relations sociales.

> Prendre des pauses régulières.

 

Ressources supplémentaires

 

Ton syndrome de l’imposteur

Développe un mental de gagnant

Ne te compare pas aux concurrents

Apprends à gérer ta charge mentale

Développe ta confiance en toi

Dépasse tes pensées limitantes

Savoir faire les bons choix

Sais tu gérer tes émotions

Révèle toi à toi même

Sois bienveillant envers toi même

Développe tes mad skills

Apprends à lâcher prise

Réussis ta vie

Rebondis après un échec

Ose être toi même

Comment inventer ton business

Principes de l’effectuation

Tes life skills

Ta zone de génie

Connais tu tes valeurs

Tes soft skills

Ce qui t’empêche de réussir

Qu’est ce que l’accomplissement de soi

Supports pédagogiques