Comment trouver sa place ?

Table des matières

J’ai eu l’idée de ce sujet d’article cet été en lisant le livre “Être à sa place” de Claire Marin.

Souvent abstrait et conceptuel, il a le mérite de poser de bonnes questions, sur ce qu’est une place, ce que signifie être à sa place.

Alors oui, il faut un peu d’introspection, creuser au fond de soi pour trouver les réponses, qui mettent parfois longtemps à émerger.

Mais la réalisation de soi, l’accomplissement de soi passent toujours par cette étape. Tu ne trouves pas ?

Alors non je ne vais pas m’amuser à paraphraser son livre, ce serait long et inutile. En revanche, je m’autoriserai ici à partir de ses analyses pour te présenter les miennes. Et comment cheminer pour trouver la réponse.

 

Être à ta place, ça veut dire quoi ?

 

Que tu es au bon endroit, avec les bonnes personnes, au bon moment.

Cela veut dire que tu es profondément aligné.e entre ce que tu es, ce que tu fais et la manière dont tu le fais (selon tes valeurs, tes croyances, tes convictions).

Chercher à être à sa place ou chercher sa place implique qu’à priori on n’a pas la réponse, et donc que non à cet instant là, on n’est pas à sa place.

 

Les différentes dimensions de la place

 

La place à laquelle on est revêt plusieurs dimensions / plusieurs prismes :

 

Je précise d’ailleurs qu’être à sa place se joue dans l’instant présent, en pleine conscience de soi.

Le passé ou le futur ne rentrent pas en ligne de compte.

Être à sa place c’est aussi une question d’intelligence émotionnelle, de communication non verbale, de body langage dans le sens où le corps exprime énormément de choses qu’on le veuille ou non.

 

Être à sa place c’est une question d’harmonie avec soi même à un instant particulier.

Là, maintenant, tout de suite, oui je me sens bien, je me sens à ma place, pas envie d’être ailleurs.

 

Être à sa place, c’est aussi une question de réalité. Le corps est présent, il prend de la place justement, il s’étire. Ce corps gène-t-il les autres, les agresse-t-il ?

 

Ces notions de place à occuper ou à ne pas occuper sont très subjectives, selon la vérité et le prisme de chacun, rendant encore plus difficile la cohabitation de différentes places à différents niveaux.

 

La place physique

Tu es là physiquement dans ton enveloppe corporelle. Dans ce lieu, cet endroit car ton corps y est. Et que ton individualité passe nécessairement par la présence corporelle.

Alors être à sa place physiquement, ça peut impliquer de :

Se sentir bien dans son corps : pas trop grand, pas trop petit, accepter ses imperfections, accepter le vieillissement du corps.

Se sentir beau.belle.

Porter des vêtements qui nous correspondent.

Accepter son corps, le revendiquer (on imagine alors les difficultés à l’adolescence lorsque le corps change).

 

La place géographique

Être à sa place dans une zone géographique dans laquelle on se sente bien.

A la maison avec ses parents en étant enfant, chez soi en famille ou en célibataire.

La zone géographique peut correspondre à une maison, une ferme, un immeuble, une rue, un quartier, une ville, un département, une région, un pays, un continent.

Le corps et l’esprit occupent l’espace dans cette place géographique.

On est présent. De manière volontaire ou involontaire.

Comme quand on dit : je ne suis pas là >> je ne suis pas à ma place dans ce lieu.

Où a-ton envie d’être ? Quel est le lieu où on se sent le plus présent ?

 

La place amicale

Être à sa place en présence d’un ami, ou d’un groupe d’amis.

Se sentir en confiance, en puissance, galvanisé par la force du groupe.

Être à sa place avec des amis peut être plus fort qu’avec le tissu familial restreint.

Quel lien a-t-on envie d’avoir avec telle personne ?

A quelle fréquence a-t-on envie de la voir ?

Quelle place a-t-on envie d’occuper dans sa vie ? Et lui dans la notre ?

Quel rôle joue-t-on dans cette amitié ? Ce rôle est-il celui que j’ai envie de porter ? Ou est-ce par convenance ? Par habitude ?

Car oui la place qu’on cherche peut aussi être un rôle.

 

La place familiale

Être à sa place en famille, avec les personnes qui comptent le plus et / ou avec qui on a juste envie d’être.

Quelle place occupe-t-on dans cette famille ? Quel rôle joue-t-on ?

Quelle place nous laissent les autres membres de la famille ?

Quels sont les jeux de rôles qui se jouent explicitement ou implicitement au sein de cette famille ?

A-t-on vraiment d’y participer ? En toute sincérité ou pour jouer un rôle ?

On peut aussi parler de la place des parents qui doivent laisser un minimum de liberté aux enfants afin qu’ils puissent grandir bien dans leur peau.

C’est pour cela aussi qu’on parle de place qui reste à prendre : par un parent absent ou “trop” présent, un frère ou une soeur qui monopolise l’attention.

 

La place sociale

Quelle place ai je dans la société ? Physiquement et symboliquement ?

Quel rôle j’y joue.

 

La place professionnelle

Quelle est ma place dans ce monde professionnel ?

Selon que je sois salarié, ou entrepreneur, selon ma CSP.

Selon mon secteur, la nomination de mon poste, mon salaire, la reconnaissance de mes compétences et / ou expertises.

Selon mon statut, reconnu, ou auto-proclamé.

La place sociale et professionnelle sont intimement liées.

Quelle est ma place dans l’entreprise dans laquelle je travaille ?

Quelle est ma place dans l’entreprise que j’ai créée ?

Quelle est la place que je veux prendre auprès de mes collègues.

 

La place dans son être et dans la perception de soi

Quelle place se donne-t-on selon la perception qu’on a de soi ? Selon ses valeurs, ses croyances, ses limites et autres pensées limitantes ?

Selon le niveau d’estime de soi, de confiance en soi, de réalisation de soi.

Se sent-on légitime pour telle ou telle chose ou situation ?

Est-on à la hauteur ?

 

Ne pas être à sa place, cela veut dire quoi  ?

 

Ne pas se sentir au bon endroit ? Au bon moment ? Avec les bonnes personnes ?

Cette question reprend un peu l’ensemble des thèmes vus plus haut.

A mon sens, ne pas être à sa place, c’est ne pas vouloir être à cette place. Mais surtout, c’est une question de perception de soi.

C’est l’individu qui choisit consciemment ou inconsciemment de ne pas vouloir assumer cette place qu’il a choisi ou qu’on a choisi pour lui.

Pourquoi cette place ne me convient pas ? Que dit-elle ou ne dit pas de moi ? Comment je la perçois ?

Dans le meilleur des mondes qu’est ce que je veux ? Et qu’est ce que je serais prêt à changer pour que cette place soit bonne pour moi ?

Pourquoi par exemple je n’ai pas envie de participer à ce repas de famille ?

Pourquoi je n’ai pas envie de voir telle ou telle personne ?

Pourquoi je n’ai pas envie d’inviter telle ou telle personne chez moi ?

Est ce que cette même personne respecte mon espace vital ? N’est elle pas trop intrusive ? Ou au contraire est elle trop effacée, presque invisible ?

 

Comment trouver sa place ?

 

Vaste question.

En commençant d’abord par se poser les bonnes questions, ce que j’appelle les questions utiles :

Pour cet exercice on va orienter les questions sur l’angle professionnel.

Qu’est ce que je veux au plus profond de moi ? En essayant d’oublier les diktats sociaux, familiaux, amicaux, aussi bienveillants soient-ils.

Qu’est ce que je veux faire ?

Dans quel cadre ? Salarié ? En auto-entreprise ?

Qu’est ce que je ne veux plus ?

Dans quelle zone géographique ?

Est ce que financièrement ce scénario est jouable à moyen long terme ?

Suis je prêt à avoir des collègues salariés ? Ou préfère-je travailler “dans mon coin” ?

Ai je besoin d’une formation ?

Ai je besoin de monter en compétences ?

Quelle place je suis prêt à prendre ?

 

A partir des réponses à ces questions, il convient de créer un plan d’action pour se créer sa future étape professionnelle et se sentir à sa place.

 

Les limites de trouver sa place

 

Parfois, une aide extérieure s’avère nécessaire pour identifier les freins qui empêchent de trouver la place qui nous convient.

Dans ce cas, ne pas hésiter à consulter.

 

Ressources complémentaires

 

L’écoute active c’est quoi

Tes croyances qu’en fais tu ?

Où travailler en tant qu’indépendant

Les plaisirs d’entreprendre

Cheminement intérieur de héros

Qu’est ce qu’entreprendre

Difficultés du solopreneur

Qu’est ce qu’un entrepreneur libre

Super héros et Harry Potter

Motivations à devenir entrepreneur

Les super pouvoirs des Pokémon

Interview d’utilisateur : je l’ai fait

Crée tes codes

Tu peux être extraordinaire

Tu bloques ?

Être optimiste ça veut dire quoi

Que fais tu de tes convictions

Ne cherche pas à plaire à tout le monde

Que fais tu de tes croyances

Ne renonce jamais à tes rêves