Être soi-même pour inspirer les prospects – Devenir Soi

Table des matières

Devenir et être soi-même, voilà donc le travail d’une vie entière, en continu, comme un fil rouge conducteur.

C’est à la fois :

 

  • Terriblement excitant de partir à la rencontre de son soi profond.
  • Angoissant car cela implique de devoir se confronter à des réalités qu’on ne souhaite pas forcément voir.

 

Et enfin, devenir soi, partir à la quête de soi s’avère chronophage, et énergivore. Il demande de se rendre disponible pour soi : c’est à dire prendre du temps pour soi, et de rentrer en phase d’introspection.

Et pourtant, le bénéfice est tellement énorme, en terme de compréhension de soi, de découverte de soi, d’acceptation de soi, pour lâcher prise sur ses imperfections, et autres défauts.

Être soi-même, c’est acquis une bonne fois pour toutes ?

A-t-on jamais fini de devenir ce que l’on est ?

En effet, l’individu évolue, change, se construit, apprend, grandit en permanence.

Alors comment y arriver ?

Rentrons dans le détail.

 

Être soi, c’est à la mode

 

Pour être heureux, il faut être soi-même, authentique, en pleine vérité au Monde.

Cette injonction qu’on  entend d’un peu partout et de n’importe qui nous tourne autour depuis plusieurs années et aurait commencé en mai 68.

Sauf que cette injonction qui évoque la liberté nous enferme dans une norme sociale.

Et surtout gare à celui qui n’arrive pas à atteindre le Saint Graal, s’il n’y arrive pas il a raté sa vie.

Un peu compliqué de se sentir en confiance dans ce cas.

A force de prôner le “être soi” à tout bout de champ, cet ordre ne perd-il pas de sens ?

Alors que justement la quête de sens a tout son sens dans cette quête de soi.

 

Être soi-même, qu’est ce que cela signifie ?

 

Qu’est ce que être soi-même signifie ?

Vous trouverez toutes sortes de définitions sur Interne.

Selon le philosophe Claude Romano :

“Être soi ne concerne pas l’identité personnelle”.

“Il s’agit d’exister en conformité à nous-mêmes, en adéquation à nous-mêmes. C’est un idéal difficile à atteindre, mais un but à atteindre pour chacun d’entre nous. Et cela passe par les conduites, les manières d’exister.”

C’est assumer ce que nous sommes, de bon, de moins bon. Être aligné entre ses actions, ses valeurs, ses convictions. Assumer ses qualités et ses défauts, ses valeurs, ses convictions, ses aspirations, forces et faiblesses, besoins et manques.

Il s’agit en outre d’assumer ce que nous faisons, disons, montrons, ce que nous nous réalisons.

Le philosophe explique que l’apprentissage à être soi-même s’opère toute la vie et qu’être soi implique de lâcher prise sur soi, d’arrêter de se contrôler, d’arrêter de chercher à rentrer dans le moule et à répondre à ce que l’on attend de nous.

Il explique également qu’être soi-même renvoie à l’idée d’être fiable pour soi, digne de confiance, mais également pour l’Autre.

Assumer ce que nous sommes parce que nous nous connaissons.

On ne peut être soi-même que si on se connait soi.

C’est vivre en pleine conscience dans le moment présent.

Réussir ce pari fou malgré les pressions sociales, les codes sociaux, les règles familiales et sociales, les influences de toutes parts, ce que les autres, la société attendent de nous.

Réussir ce pari fou, malgré les formats scolaire et professionnel dans lesquels nous baignons depuis que nous sommes tout petits.

 

Ne pas être soi-même – La faute à l’École et au monde professionnel

 

On ne peut pas vraiment dire que l’école ou le monde professionnel tels que nous les connaissons actuellement (en France en tout cas) soient des modèles de réussite d’accomplissement à “Être soi-même”.

 

Exemple #1 : L’école nous conditionne tellement dès le plus jeune âge, en nous expliquant :

  • Que c’est normal d’être assis pendant 8 heures à écouter le professeur.
  • Qu’il n’y a que comme ça qu’on peut apprendre.

 

Exemple #2 : L’Entreprise poursuit le même formatage :

  • L’Entreprise a ses règles, ses codes, son jeu de théâtre entre ses différents acteurs.
  • L’Entreprise cherche au recrutement des pépites rares, mais dès le premier jour dans les locaux pousse lesdites pépites rares à ne pas sortir du rang.

Bref, vous l’avez compris, le conditionnement à toutes les sphères a la dent dure.

Tant et si bien, qu’on finit par ne plus être capable de voir les choses autrement.

C’est ce que j’ai une fois de plus identifié en faisant un exercice de co-création avec des étudiants sur un nouveau format d’école afin de laisser s’épanouir le potentiel des étudiants : Ils étaient tellement bloqués dans le schéma scolaire habituel que pour eux il était inconcevable de changer le système.

 

Être et devenir soi-même – Prendre le risque de quitter la route que le système a dessiné pour nous ?

 

Depuis tout petits, nous sommes sur des rails que le système a dessiné pour nous.

Un format rassurant.

Une zone de confort.

Mais cette zone de confort est-elle si confortable qu’elle en a l’air ? Nous laisse-t-elle nous exprimer comme nous le souhaitons, être ce que nous voulons être ?

Depuis tout petits, nous sommes amenés à nous adapter pour tout, tout le temps. Et c’est normal. En tout cas, c’est comme cela que cette adaptation à marche forcée nous est présentée.

L’école nous explique que son système de classes par âges, ses tables, son rythme, ses récréations, l’attitude demandée, c’est normal, et n’a pas lieu à être remise en question.

L’Entreprise, dans un autre registre, fait de même. C’est normal.

Les deux nous expliquent qu’inversement, il n’est pas normal de ne pas rentrer dans le moule.

Déjà que pour les “typiques”, c’est pas facile, mais alors pour les “atypiques”, je vous laisse imaginer la complexité de l’exercice. On appelle cela, la sur-adaptation. Néfaste pour le bien être et l’épanouissement de l’individu.

Tout est fait pour que nous restions dans le cadre et que nous nous posions le moins de question possible.

Le système nous encadre, nous enferme, peut être même nous étouffe-t-il… ?

A force de devoir s’adapter, on en oublie notre moi profond.

A force de rentrer dans le moule, on oublie l’étincelle au fond de nous, la petite pointe d’humour, le côté décalé tellement charmant.

 

Pourquoi vouloir plaire jusqu’à risquer de s’ignorer et oublier ses besoins profonds ?

 

Pourquoi s’imposer cela ? Pourquoi faisons nous cela si ce n’est pas bon pour nous ?

Peut-être avons-nous besoin de nous conformer aux attentes des autres, pour être aimés et aimables, plaire aux Autres et à l’Autre.

Bref, être accepté.e, admis dans la société, valider les cases du questionnaire.

  • Tu es comme tout le monde ?
  • Oui.
  • Ok c’est bon, tu peux rentrer.

 

Être soi-même et Les clones sur Internet – Ou l’art de reprendre le contrôle de sa communication

 

Autre lieu où nous sommes fortement formatés et conditionnés : Internet.

J’appelle ce concept : les clones sur Internet. On n’en a pas toujours conscience, mais les grands acteurs du web, les GAFA et autres grands empires du web ou réseaux sociaux, à commencer par Google nous imposent des standards : Les standards du web, les normes.

  • Les règles sur le référencement.
  • Les règles de rédaction web et de choix de mots clés.
  • Les règles d’ergonomie et de conception de pages.
  • Les règles sur le parcours utilisateur.
  • Les grandes tendances du digital et du marketing digital.
  • Sans parler des règles et algorithmes des réseaux sociaux.
  • Sans parler non plus des règles d’ergonomie mobile.

 

Il faut mettre tel type de bouton à tel endroit, le footer doit se composer de telle manière, le menu doit comporter tant de points d’entrée, etc.

Tout le monde suit les mêmes règles, écrit les mêmes choses, construit les mêmes pages, suit les mêmes tendances.

Bref, tout le monde fait la même chose. On est tous des moutons, et des clones de mouton.

Bref, c’est terriblement triste et déceptif.

Sauf si on décide de s’extraire de cela.

Je ne parle pas réinventer la roue, ou le web.

Je parle de se réapproprier sa communication, parler avec son propre langage, son propre champ lexical, parler de sujets qui comptent pour soi selon ses valeurs, ses convictions, ses idées, de manière assumée et volontaire.

Pourquoi ? Pour faire la différence. Sortir du lot. Marquer les esprits. Pas n’importe quels esprits : Les esprits qui partagent les mêmes valeurs, les mêmes convictions que vous. Ce sont eux que vous souhaitez marquer.

 

Être soi-même – Avant toutes ces considérations, être en vie

 

Mais en fait, qu’est ce que c’est la vie ?

 

La vie ce sont des émotions, des moments, des lueurs, des sourires, des plaisirs, des tristesses, la vie c’est avant tout être vivant, et comment est-on vivant ? En étant connecté à soi en pleine conscience.

Vivre le moment présent, vivre en pleine conscience, vivre intensément et plus que jamais implique d’être soi-même pleinement, intensément. Connecté à soi, ses émotions, son ressenti. Présent, aligné avec soi.

 

Par quoi commencer pour devenir et être soi-même et réussir à  réussir sa vie (et non réussir dans la vie)

 

Pourquoi cherche-t-on à être soi ?

Trouver l’apaisement, la paix et la sérénité qui nous manque ? En vérité, cette réponse est propre à chacun.

 

A mon sens, être soi-même pleinement est une réussite qui mène tout droit à l’art de réussir sa vie.

 

Devenir et être soi-même implique de :

  • Se connecter à soi en pleine conscience.
  • Être aligné entre ses actions, ses valeurs, ses convictions, sa mission sur Terre (si on la connait).
  • Aller à la rencontre avec soi : Apprendre à se connaitre, identifier ses limites. Cela implique d’accepter de se questionner et de faire face à des questions dérangeantes, rentrer dans une phase d’introspection, et accepter de creuser au fond de soi.
  • Cela revient à : S’ouvrir à soi, investir sur soi, et se donner une chance.
  • Accepter ce qu’on est, en bien, en moins bien, et en mal : qualités, défauts, forces et faiblesses, envies, désirs.
  • Accepter de ne pas être comme les autres, accepter de ne pas se fondre dans la masse.
  • Accepter de ne pas obtenir l’adhésion des autres, de l’Autre.
  • Cesser d’agir par mimétisme pour être aimable et aimé (car cela fait parfois plus souffrir qu’apporter du bonheur).
  • Accepter de lâcher-prise sur ce qu’on ne peut contrôler (très difficile mais nécessaire).
  • Faire des choix, abandonner certaines choses, prendre sa route, faire son chemin.
  • Accepter et quitter ses peurs.
  • Assumer ses choix ses actions pour vivre mais surtout donner du sens à sa vie, faire ce qu’on veut selon son échelle de valeur, vivre en accord avec ses principes.

 

Devenir soi et être soi-même, c’est, selon moi, avant tout, oser être soi-même peu importe les retours.

C’est vivre en accord avec soi même, choisir de s’accomplir, se respecter pour se donner une chance.

Devenir et être soi-même, c’est selon moi choisir de ne plus subir.

Au delà de la quête de liberté, quête de bonheur et d’être heureux, c’est la quête de sens qui aujourd’hui nous pousse à challenger l’existant, et à s’interroger sur ce que nous voulons.

Devenir et être soi-même, c’est répondre à cette question universelle et si difficile à répondre : Qui suis-je ? Attention, cette intention ne devrait pas être prise pour de l’égoïsme, mais une manière noble d’offrir le meilleur de soi au Monde (revenir à soi pour mieux revenir au Monde ensuite et l’impacter).

 

Être soi-même en tant qu’entrepreneur

 

Être soi-même en tant qu’entrepreneur permet de s’approprier son activité, sa communication, être proche de ses clients et de comprendre leurs besoins.

En étant lui-même, proche de ses convictions, de ses valeurs, de ses envies, en ayant en tête sa mission et en déclinant cette mission en actions, l’entrepreneur a le pouvoir immense d’inspirer ses prospects et clients.

Il a le pouvoir également d’insuffler une dynamique forte auprès de ses clients.

Besoin d’aide sur votre projet ?

  • Sur votre SEO ?
  • Sur votre communication digitale ?
  • … ?

 

Ressources complémentaires

 

Quelques articles complémentaires pour être soi-même et réussir sa vie (et non réussir dans la vie).

Comment réussir sa vie.

Pourquoi entreprendre inspire.

Storytelling : liens entre le roman et l’entrepreneur.

Entreprendre, qu’est ce que c’est ?

Qu’est ce que c’est un entrepreneur libre ?

Vendre sans vendre.

S’approprier sa communication en oubliant les artifices marketing.

En manque d'inspiration ? Venez prendre votre shoot !

C’est le shoot qu’il vous faut pour :

  • Développer votre activité et lui donner du sens selon votre raison d’être.
  • Transformer vos prospects en clients grâce à une communication partant de vous.
  • Développer votre SEO.
  • Libérer votre potentiel, votre créativité et votre confiance en vous.

D'autres sujets à découvrir sur le même sujet

Besoin d'avancer sur projet ? Sur votre communication ?

Je vous aide à :

  • Créer de nouvelles étincelles (et à vous reconnecter) dans votre projet et votre communication en partant de vous, de vos valeurs, votre personnalité et de votre raison d’être.
  • Créer la réussite de votre projet entrepreneurial.