Comment oser être soi-même et rester aligné ?

Table des matières

Oser être toi même pour développer ton business et pérenniser ta marque personnelle, oui c’est tout à fait envisageable et même souhaitable.

Voyons cela en détail.

 

Un travail intéressant mais long…

 

Oser être soi, devenir soi, partir à la quête de soi s’avère chronophage, et énergivore.

La démarche requiert de se rendre disponible pour soi : c’est à dire prendre du temps pour soi, et de rentrer en phase d’introspection.

Et pourtant, le bénéfice est tellement énorme, en terme de compréhension de soi, de découverte de soi, d’acceptation de soi, pour lâcher prise sur ses imperfections, et autres défauts.

Oser être soi-même, c’est acquis une bonne fois pour toutes ?

A-t-on jamais fini de devenir ce que l’on est ?

En effet, l’individu évolue, change, se construit, apprend, grandit en permanence.

 

Oser être soi-même, est-ce la quête d’une vie ?

 

Oser être soi-même et oser entreprendre s’avèrent l’aventure d’une vie, tant l’exercice s’avère complexe, chronophage, semé d’embûches.

 

Pour être heureux, faut-il oser être soi-même, authentique, en pleine vérité au Monde ?

Être soi-même ne devrait pas être cette injonction qu’on entend d’un peu partout, et qui, évoquant la liberté, nous enferme plus que tout dans une norme sociale.

Et surtout gare à celui qui n’arrive pas à atteindre le Saint Graal. S’il n’y arrive pas il a raté sa vie.

Un peu compliqué de se sentir en confiance dans ce cas.

A force de prôner le “être soi” à tout bout de champ, cet ordre ne perd-il pas de sens ?

Alors que justement la quête de sens a tout son sens dans cette quête de soi.

 

Une vie pour apprendre à te connaitre

 

Quelques suggestions pour apprendre à te connaitre :

> Lister ses qualités, défauts, forces, faiblesses, ses projections dans l’avenir.

> Assumer ses envies, ses objectifs.

> Creuser au fond de soi. Faire sa propre introspection.

> Partir à la découverte de soi. Découvrir de nouvelles compétences, de nouvelles appétences, de nouvelles envies.

> Lire des ouvrages spécialisés.

> S’interroger, se questionner. Oser voir ce qu’on ne veut pas voir.

> Être honnête envers soi.

> Pourquoi ? Parce que c’est en se connaissant qu’on peut être pleinement soi.

> Quand on ne se connait pas on ne peut pas être pleinement dans sa vérité.

 

Qu’est ce que signifie être soi ?

 

Qu’est ce que oser être soi-même signifie ?

Tu trouveras toutes sortes de définitions sur Interne.

Selon le philosophe Claude Romano :

“Être soi ne concerne pas l’identité personnelle”.

“Il s’agit d’exister en conformité à nous-mêmes, en adéquation à nous-mêmes. C’est un idéal difficile à atteindre, mais un but à atteindre pour chacun d’entre nous. Et cela passe par les conduites, les manières d’exister.”

> C’est assumer ce que nous sommes, de bon, mais aussi de moins bon. Être aligné entre ses actions, ses valeurs, ses convictions. Assumer ses qualités et ses défauts, ses valeurs, ses convictions, ses aspirations, forces et faiblesses, besoins et manques.

> Il s’agit en outre d’assumer ce que nous faisons, disons, montrons, ce que nous nous réalisons.

 

Le philosophe explique que l’apprentissage à être soi-même s’opère toute la vie et qu’oser être soi-même implique de lâcher prise sur soi, d’arrêter de se contrôler, d’arrêter de chercher à rentrer dans le moule et à répondre à ce que l’on attend de nous.

> Il explique également qu’oser être soi-même renvoie à l’idée d’être fiable pour soi, digne de confiance, mais également pour l’Autre.

Assumer ce que nous sommes parce que nous nous connaissons.

On ne peut oser être soi-même que si on se connait soi.

C’est vivre en pleine conscience dans le moment présent.

> Réussir ce pari fou malgré les pressions sociales, les codes sociaux, les règles familiales et sociales, les influences de toutes parts, ce que les autres, la société attendent de nous.

> Réussir ce pari fou, malgré les formats scolaire et professionnel dans lesquels nous baignons depuis que nous sommes tout petits.

 

Pourquoi et pour quoi oser être soi (Quels bénéfices) ?

 

Oser être soi permet de :

> Se différencier durablement sur son marché, au-delà de son positionnement, ses offres (et différenciation par la marque).

> Donne vie à ses envies et ses passions.

> Être fier de soi et ce qu’on accompli.

> Attirer à soi les prospects qui partagent les mêmes valeurs et convictions.

> On peut exprimer, revendiquer ses pensées, exprimer ses valeurs, ses croyances, ses convictions, sa vision, sa raison d’être.

> Parce qu’on est soi même inspiré.e par ce qu’on dit / fait, au travers de ce qui est listé ci-dessus , on devient inspirant.

> Crier au monde sa vision et sa mission entrepreneuriale.

> Changer le monde à sa manière, à son niveau, au travers de sa marque. Selon l’ampleur qu’on lui donne. C’est une manière très intéressante pour soi de se différencier.

> Assumer ses valeurs, ses croyances, ses vérités, ses pensées, ses points de vue. Et en faire une force pour renforcer son image publique.

> Assumer ses forces, ses talents, sa zone de génie pour montrer ce qu’on peut apporter au monde.

> Vivre en accord avec soi même, choisir de s’accomplir, se respecter pour se donner une chance.

> Devenir et oser être soi-même, c’est selon moi choisir de ne plus subir.

> Comprendre et savoir qui nous sommes.

> Croire en soi.
 
> Devenir la meilleure version de soi-même.
 
> S’autoriser à être soi.
 
> Devenir et être bien.
 
> Vivre sa vie selon ses priorités et sans se tromper de priorités.
 
> Offrir le meilleur de soi au Monde.
 
> Se découvrir et se comprendre grâce à l’entrepreneuriat.
 
> Inspirer ses prospects et ses clients.
 
> Devenir une marque remarquable.
 
> Capitaliser sur sa singularité.
 
> S’épanouir dans sa vie entrepreneuriale.
 
> Être aligné entre ses actions et ses valeurs, ses convictions, ses croyances.
 
> Faire ce qui a du sens pour soi.
 
> Changer le monde à sa manière.
 
> Donner une nouvelle dimension à son business.
 
> Toucher plus facilement plus naturellement et surtout avec peu d’efforts ses prospects, mieux communiquer sur ses offres et services : Des prospects partageant les mêmes valeurs. Vous les inspirez. Vous devenez remarquable, immanquable, indispensable.
 
> Construire et solidifier sa confiance en soi, en étant aligné entre valeurs, actions, convictions, et mission.
 
> Être soi-même inspiré.e et inspirer le charisme. Et cela attire, séduit, plait. Le charisme aimante vos prospects.
Vivre et concrétiser son rêve.
 
> Assumer sa communication.
 

> Se réapproprier sa communication hors diktats d’internet, parler avec son propre langage, son propre champ lexical, parler de sujets qui comptent pour soi selon ses valeurs, ses convictions, ses idées, de manière assumée et volontaire.

> Pourquoi ? Pour faire la différence. Sortir du lot. Marquer les esprits. Pas n’importe quels esprits : Les esprits qui partagent les mêmes valeurs, les mêmes convictions que vous. Ce sont eux que vous souhaitez marquer.

 

Créer une marque, créer une identité, selon les valeurs, les croyances, les convictions de l’entrepreneur : l’entrepreneur est sa propre marque, il l’incarne. C’est cela qui nous touche, nous séduit et nous inspire. Pour avoir la sensation d’être au bon endroit avec les bonnes personnes et le bon produit.

Créer sa marque, c’est donner son avis et prendre position, crier sa vérité et son authenticité, assumer ses faiblesses, avoir peur, vivre le syndrome de l’imposteur, parler de son univers, ses centres d’intérêt, ce qui nous anime.

 

 

Quels seraient les prérequis pour oser être soi ?

 

> Se connecter à soi en pleine conscience.

> Être aligné entre ses actions, ses valeurs, ses convictions, sa mission sur Terre (si on la connait).

> Aller à la rencontre de soi : Apprendre à se connaitre, identifier ses limites. Cela implique d’accepter de se questionner et de faire face à des questions dérangeantes, rentrer dans une phase d’introspection, et accepter de creuser au fond de soi.

> Cela revient à : S’ouvrir à soi, investir sur soi, et se donner une chance.

> Accepter ce qu’on est, en bien, en moins bien, et en mal : qualités, défauts, forces et faiblesses, envies, désirs.

> Accepter de ne pas être comme les autres, accepter de ne pas se fondre dans la masse.

> Accepter de ne pas obtenir l’adhésion des autres, de l’Autre.

> Cesser d’agir par mimétisme pour être aimable et aimé (car cela fait parfois plus souffrir qu’apporter du bonheur).

> Accepter de lâcher-prise sur ce qu’on ne peut contrôler (très difficile mais nécessaire).

> Faire des choix, abandonner certaines choses, prendre sa route, faire son chemin.

> Accepter et quitter ses peurs.

> Assumer ses choix ses actions pour vivre mais surtout donner du sens à sa vie, faire ce qu’on veut selon son échelle de valeur, vivre en accord avec ses principes.

 

Comment oser être soi – Plan d’action 🙂

 

Oser être soi implique de nombreuses promesses toutes plus alléchantes les unes que les autres.

Pour autant, il requiert de travailler sur soi, creuser au fond de soi, comprendre, accepter, mûrir, lâcher prise.

A mon sens, la première étape est d’abord de…

 

Se connaitre soi

 

Il faut se connaitre soi. Savoir qui on est, ce qu’on est, ce qu’on n’est pas.

Connaitre ses valeurs, ses croyances, ses convictions.

Connaitre ses forces, ses faiblesses, ses qualités, ses défauts. Connaitre son rythme, ses besoins, ses envies. Connaitre ce qui nous convient / ne nous convient pas. Connaitre ses limites.

Se connaitre soi implique d’accepter ses traits de caractère, et de les assumer. Assumer son individualité, et son identité.

En conclusion : se connaitre soi permet d’oser être soi.

 

Se connaître soi permet de savoir où on veut aller

 

A mon sens, c’est un long cheminement qui ne s’arrête jamais vraiment.

Savoir quel chemin on veut prendre, vers quelle direction on veut aller.

Pourquoi ? Comment ?

Le chemin pour aller vers soi par exemple.

En conclusion : Savoir où on veut aller nourrit l’envie d’oser être soi.

 

Devenir le nouveau soi

 

Suivre son propre chemin, le créer petit à petit.

Un chemin qui va mener, au gré des évènements de la vie, au gré des rencontres, vers un nouveau soi. Tel un papillon qui sort de sa chrysalide.

Pour cela il faut s’avoir s’écouter.

En osant être soi, on ose un nouveau soi ?

 

S’écouter soi, prendre du recul et prendre du temps pour soi

 

Prendre le temps de s’écouter, écouter sa petite voix intérieure demande un peu d’entrainement et au bout d’un moment on le fait naturellement sans même s’en rendre compte.

Dans notre société, s’écouter soi peut être synonyme de faiblesse. On nous dit qu’il faut être fort, ne pas s’écouter pour ne pas se laisser distraire. Or, je suis convaincu que c’est justement en s’écoutant qu’on trouve les clés, les solutions, les signaux qui nous indiquent un danger, ou une piste à suivre.

Prendre le recul est également quelque chose d’important à faire pour ne pas se laisser submerger par certaines situations toxiques.

Prendre du temps pour soi construit les bases pour oser être soi.

 

Pas d’oser être soi sans se faire confiance et croire en soi

 

Tu t’en doutes, la confiance en soi est un des carburants essentiels pour avancer dans la vie.

Sans confiance, difficile de se sentir assez légitime et avec assez de valeurs pour oser être soi et ainsi défier la pensée commune.

Croire en soi est aussi une question d’estime de soi.

La construction de l’individu se réalise sur ces deux piliers fondateurs : la confiance et l’estime de soi.

Il parait important de s’interroger sur les raisons d’un éventuel manque de confiance et comment nourrir cette confiance.

A titre personnel, je suis convaincu que passer à l’action (ici donc oser être soi) permet de nourrir cette confiance.

Les besoins se nourrissent les uns des autres comme le mécanisme de l’horloge.

Parfois, consulter un spécialiste permet de soulever des problématiques plus profondes.

C’est au travers de ce travail qu’on peut arriver à être soi.

 

Affirmer ce qu’on a à dire. Assumer et en être fier

 

Oser être soi, c’est synonyme d’affirmer ce qu’on a à dire, de l’assumer et d’en être fier.

Bref, c’est une question d’affirmation de soi, en totale intelligence émotionnelle.

 

Ecouter activement ce que l’Autre a à dire et utiliser la communication non violente

 

Accepter la réalité de l’Autre sans chercher à influencer. Être pleinement dans l’instant présent et oser être soi dans la relation à l’Autre en utilisant les ressorts de la communication non violente. Cela revient en partie à s’affirmer et en même temps accepter de lâcher prise ce sur quoi on n’a pas de maitrise. Ce travail implique de savoir ce qu’on a envie de montrer de soi.

 

Se détacher du regard de l’autre

 

Oser être soi c’est aussi, selon moi, ne plus avoir peur de se montrer tel qu’on est.

Hier soir, je regardais un film sur Netflix, où un des personnages cachait son homosexualité à ses parents de peur que ceux-ci réagissent mal et ne l’aiment plus.

Dans cette situation le personnage joue un rôle de composition pour répondre aux attentes de ses parents, mais il n’est pas pleinement lui.

Il ne peux pas s’exprimer librement.

Oser être soi c’est accepter de se détacher du regard de l’autre et ne plus avoir peur de ne pas répondre aux attentes.

 

Comment est ce que j’ose être moi ?

 

En assumant ma communication et mon ADN de marque. Elles me ressemblent, et je ne les échangerai pas.

Je les fais briller en utilisant mes mots. En montrant mon univers, mes idées, ma sensibilité.

En acceptant de ne pas plaire à tout le monde, tout en cherchant à toucher en priorité les entrepreneurs sensibles, et hypersensibles, en quête de réussite, de sérénité et de confiance en soi. Et porteurs de solutions visionnaires.

En étant mon propre chef. C’est l’entrepreneuriat qui m’a aidé clairement à oser être moi.

Avant je n’étais pas moi, en tout cas, pas complètement. Avant j’existais, mais je ne vivais pas. Aujourd’hui je me sens vivant.

En acceptant et en assumant mes failles, mes faiblesses : je ne le renie pas, je ne les montre pas non plus comme un trophée mais plutôt pour illustrer le cheminement que j’accomplis.

En acceptant de ne pas rentrer dans les diktats d’internet, et des algorithmes des moteurs de recherche et des réseaux sociaux.

Il y a aussi un autre ingrédient dans la recette : l’entrepreneuriat m’a permis de mettre à jour mon hypersensibilité.

Cette sensibilité qui a longtemps été un handicap pour moi se révèle aujourd’hui un cadeau que j’utilise dans mes accompagnements et qui participe à ma réussite.

Même si tout n’est pas parfait non plus. Je m’améliore de jour en jour.

En capitalisant sur mes forces, c’est à dire l’écoute active, ma capacité à détricoter les pensées de mon coaché pour les retricoter ensuite avec une nouvelle problématique.

Aujourd’hui, j’ai une idée claire de mon cap, de ma mission, mon ikigai, de la manière dont je veux changer le monde à ma manière à mon niveau.

J’ai une idée claire sur mon positionnement, sur mes offres que je rends remarquables, sur mes croyances, mes convictions, mes valeurs, sur mon hypersensibilité.

Et je connais mon talent, ma zone de génie.

Aujourd’hui j’ai compris qu’il ne fallait pas chercher à plaire à tout le monde. Et pourquoi pas assumer ce qui est extraordinaire à l’intérieur de nous.