Recevez votre e-book SEO "Les bases d'une stratégie SEO réussie en 2021"

108 pages sur les grandes techniques du référencement !

Comment générer une expérience utilisateur positive grâce à l’architecture de l’information

Table des matières

L’architecture de l’information affichée sur votre site, blog, est un élément capital qui impacte :

  • La compréhension de vos contenus par les utilisateurs.
  • La navigation des utilisateurs sur votre site, ainsi que leur capacité à finaliser une interaction et à trouver l’information recherchée.

C’est pourquoi si cette architecture est mal construite, elle peut dégrader l’expérience vécue par l’utilisateur sur vos pages. Elle peut également empêcher les moteurs de recherche d’accéder aux pages de votre site.

Quelles sont les règles de conception d’une architecture de l’information efficace et prenant en compte les besoins et contraintes des utilisateurs cibles ?

C’est tout l’objectif de cet article de vous expliquer ces différents aspects.

Vous êtes prêt.e ? C’est parti !

 

Sommaire

 

  • Architecture de l’information : Qu’est-ce que c’est ?
  • Architecture de l’information : Les types d’architecture
  • Architecture de l’information : Comment la construire ?
  • Architecture de l’information : Comment vérifier son efficacité et sa pertinence
  • Conclusion

 

Architecture de l’information : Qu’est-ce que c’est ?

 

Dans cet article, nous limiterons volontairement l’étude de l’architecture de l’information au niveau des interfaces digitales et de la conception des sites web.

Effectivement nous allons voir que l’Architecture de l’Information dépasse largement les limites du web. Concrètement on la retrouve partout :

  • Les journaux de presse par exemple.
  • Les livres.
  • Les encyclopédies.
  • Les modes d’emploi.
  • Les catalogues de voyage.
  • Les catalogues de jeux pour Noël.
  • Les catalogues de formation.
  • Sur les sites e-commerce par exemple.

 

Nous verrons plus bas qu’il y a un nombre infini de manières d’organiser, ranger et prioriser vos contenus. Et tout autant d’approches et de contextes d’utilisation.

L’Architecture de l’Information, dans la sphère du web, se crée en amont lors de la conception du site et de l’expérience utilisateur.

En effet, il s’agit de définir les volumes de contenus, les types de contenus, et les fonctionnalités affichées sur les interfaces, et le parcours utilisateur associé. L’objectif global étant l’organisation des contenus et de l’information dans un sens plus large.

Cette étape de conception ne peut se faire efficacement qu’en amont.

Reprendre cette étape en aval après les phases de développement et de recette sur la conception du site s’avère dangereux car chronophage, coûteux.

En effet, très souvent cet exercice demande de modifier en profondeur ce qui a été fait au départ. Sans parler de la probable démotivation des équipes. Bref, gardons à l’esprit que l’architecture des informations doit se faire le plus tôt possible.

 

Pourquoi dit-on que cette architecture de l’information est si importante ?

 

Parce qu’elle sera la colonne vertébrale de votre site.

Comme le dit Julien Muckensturm sur le site iafactory.fr “L’architecture de l’information web vise à structurer les contenus […] à travers les arborescences, les cartographies, et la conception des interfaces web et mobile”.

Tout simplement sans colonne vertébrale, votre site ne tient pas debout, ou en tout cas pas longtemps.

Alors bien sûr on peut construire un site web sans réfléchir à la conception de l’architecture de l’information. Mais dans ce cas, ce sera comme vous tirer une balle dans le pied. La valeur de votre site n’apparaitra pas, et les performances ne suivront pas.

 

Un site web = 1 architecture de l’information unique

 

L’architecture de l’information sur un site donné dépendra de la nature de l’utilisateur cible, de ses objectifs, elle dépendra également des objectifs business du site.

Sur un site média, un site e-commerce, d’actualité, ou même un site vitrine la manière dont les contenus seront organisés, rangés sera unique.
Même entre deux sites concurrents (axés sur une même thématique, présentant des produits et services plutôt proches ou complémentaires).

Concrètement, il s’agit de faire en sorte que l’utilisateur cible, dans un contexte précis, trouve facilement en peu de clics l’information qu’il cherche.

C’est une condition sine qua none pour que l’expérience vécue par l’utilisateur soit positive.

 

Prérequis technique : Travailler sur le format de la base de données

 

Une fois que l’architecture de votre site est conçue, que les informations sont classées par rapport aux objectifs business, éditoriaux, il convient de la matérialiser via la base de données (si vous en utilisez une). Ce travail est long et nécessaire, et surtout il conditionne l’utilisation de votre site par l’utilisateur.

 

1 architecture des informations = Respect des standards du moment / normes

 

Il faut noter que l’architecte de l’information, pour créer son architecture, va devoir se focaliser beaucoup sur les architectures déjà existantes sur les sites proposant des contenus similaires.

Bref, il faut faire une analyse concurrentielle, sectorielle forte. Et bien sûr une analyse des besoins des utilisateur cibles.

 

architecture de l'information

 

L’image ci-dessus me plait beaucoup car, à mon sens, elle résume assez bien les différentes couches de conception et de réflexion qu’il y a autour de l’architecture de l’information.

Phase de stratégie : Qui sont les utilisateurs cibles ? Quel est le contexte dans lequel on souhaite les toucher ? Quels sont les besoins et contraintes auxquels on souhaite répondre ? Et de fait, quelle est la proposition de valeur à apporter ?

Phase de scope : On pose les bases. Le contexte est défini.

Phase de Structure : Il s’agit de consolider la réflexion en proposant une structure. L’arborescence est définie, le parcours utilisateur aussi, les principes de navigation également.

Phase de squelette : Le zoning et les wireframes des différents templates sont définis.

Phase d’intégration html au niveau des templates : La construction des pages définitives se fait ici.

 

 

Architecture de l’information : Les types d’architectures

 

Sur le web, on retrouve des architectures de l’information basées sur :

  • Ordre alphabétique : Par exemple les lexiques, les glossaires.
  • Les thématiques : Par exemple : Articles SEO, articles UX design, articles SEA.
    • Il s’agit de thèmes.
  • Les types de contenus : Il peut s’agir de : Articles, fiches produits, interviews, infographies, vidéos, études de cas, guides d’achat.
  • Les archives : Articles de 2014 par exemple.
  • Les fonctions et / ou tâches à accomplir :  Remplir un formulaire d’inscription.
  • Les lieux : Villes / départements / régions. Navigation par régions, départements, villes.
    • Egalement : Navigation uniquement axée sur les 100 grandes villes de France.
  • Par types d’individus : homme, femme, étudiant, entrepreneur, sénior.
  • Par centres d’intérêts : sport, culture etc.
  • Les Questions Réponses : exemple page faq. On peut aussi imaginer un moteur de recherche interne : Le travail à faire sur la qualité des résultats est énorme)
  • Les outils.
  • Information principale : Je pense à la navigation principale (accessible par défaut dans le header / footer).
  • Information secondaire : Je pense par exemple à la navigation accessible sur les pages profondes.

 

Focus sur les parcours utilisateurs envisageables : principaux ou secondaires

 

Il existe différents types de parcours utilisateurs principaux ou secondaires.

 

  • Parcours guidé : Au niveau des processus de commande par exemple, ou tunnel d’achat sur les sites e-commerce.

 

  • Parcours avancé : Navigation à facette, navigation par filtre.
    • A mon sens, c’est le plus complexe, car il doit lier les intérêts SEO et utilisateurs.
    • Il doit être simple pour que l’utilisateur accède le plus facilement à l’information.
    • Cette navigation à facette peut facilement générer de la duplication de contenu. C’est pourquoi dans ce type de navigation on cherche à interdire aux moteurs l’accès à certaines pages.
    • En amont, il faut aussi proposer des facettes qui intéresseront l’utilisateur par rapport à ses besoins.

 

  • Parcours intuitif : Il s’agit du maillage interne sur des pages précises dans un contexte d’utilisation précis.

A noter qu’il est tout à fait possible de mixer différents parcours les uns avec les autres. Prenons l’exemple d’un site e-commerce :

  • Navigation via l’arborescence des pages catégories vers les pages produits.
  • Navigation guidée au moment de l’ajout du produit au panier et de la phase d’achat.
  • Navigation avancée lorsque l’utilisateur affine sa recherche via les facettes et filtres sur les pages listes.
  • Navigation intuitive lorsque l’utilisateur voir affichés des liens vers des pages proposant un contenu complémentaire.

 

A noter qu’il  existe également la navigation via le moteur de recherche interne.

La condition de succès d’utilisation de ce module de recherche :

 

  • La visibilité du champs de recherche sur les interfaces.
  • Son affordance et son utilisabilité.
  • Les types de champs proposés selon le contexte de recherche (fonctions, localisations etc).
  • Et enfin, last but not least, la qualité et la pertinence des résultats affichés.

Bref, le moteur de recherche interne peut avoir un véritable rôle si tant est qu’il correspond aux exigences des utilisateurs cibles.

 

 

architecture de l'information

 

J’aime l’image ci-dessus.

Elle montre que l’architecture de l’information doit prendre en compte la compréhension des utilisateurs cibles dans un contexte particulier.

Il faut les observer (au niveau des actions réalisées) pour comprendre les freins explicites ou implicites qu’ils rencontrent dans ce contexte.

 

 

Architecture de l’information : Comment la construire ?

 

 

Il s’agit de catégoriser, regrouper, prioriser les informations.

organiser prioriser les informations

Selon le graphe présenté ci-dessus, le travail peut se faire en trois phases :

D’abord, on énumère l’ensemble des contenus disponibles.

On les catégorise selon les besoins (voir ci-dessous), thématiques, localisations etc.

Puis il s’agit de structurer, prioriser lesdits contenus pour permettre à l’utilisateur cible dans un contexte particulier de trouver l’information cherchée.

L’architecte de l’information doit d’abord lister tous les contenus existants sur le site, avant de pouvoir les organiser puis de les structurer / hiérarchiser.

Il doit intervenir sur les différents accès à l’information : le menu, le footer, la navigation, le moteur de recherche interne. Il construit le parcours utilisateur / achat, afin de le rendre efficace.

On peut classer les informations de différentes manières :

  • Selon les objectifs bizness.
  • Selon un ordre alphabétique.
  • Selon la fraicheur.
  • Selon la pertinence.
  • Selon la popularité.
  • Selon l’ordre hiérarchique (catégorie puis sous catégorie).
  • Selon l’ordre géographique.

On parle souvent de la méthode de tri par carte pour “ranger” et prioriser les contenus.

 

L’architecture de l’information au milieu de l’UX design et du référencement naturel

 

Tout cela en utilisant la sémantique adéquate.

Une architecture de l’information bien pensée sera facilement crawlée par les moteurs de recherche.

C’est pourquoi elle concerne autant les problématiques UX Design que SEO.

L’amélioration continue des résultats affichés du moteur de recherche interne est capitale : En effet, il ne faut afficher que des contenus pertinents correspondant au mieux à la recherche effectuée.

Il en est de même pour tous les contenus du site : ils doivent correspondre à l’arborescence dans lesquels ils sont rangés et hiérarchisés.

La qualité du maillage interne permet de créer des silos sémantiques qui permettent de renforcer et améliorer le positionnement de votre site sur une thématique donnée sur les listes de résultats.

 

L’importance des choix sémantiques dans l’architecture de l’information

 

La sémantique (à tous les niveaux : menu, textes de liens, textes d’interactions, titres de pages, contenus des pages) sont capitaux car ils servent à guider l’internaute dans sa navigation et dans sa compréhension des différents contenus.

C’est à cette étape qu’intervient l’UX writing : le fait d’adapter les wording dans la navigation, et les textes d’interactions au contexte d’utilisation et à la nature des utilisateurs cibles.

Cette sémantique dépend du contexte et du persona cible.

C’est pourquoi il faut bien la soigner.

Comment créer un calendrier éditorial.

Comment définir la stratégie éditoriale.

Comment rédiger un article.

 

Orienter l’architecture de l’information selon votre persona

 

A noter que la manière d’architecturer le contenu dépend complètement du persona cible et des différents objectifs marketing et commerciaux.

La qualité et la pertinence du contenu affiché joue directement sur la confiance qu’un utilisateur peut porter à une page web, un site web. Cela joue bien sûr sur la qualité de l’expérience ressentie par l’utilisateur.

A noter que la structuration des contenus s’incorpore dans le design des interfaces et des interactions.

L’architecte de l’information produit des prototypes sur un logiciel (sketch, adobe xd, ou figma), où il présente l’organisation des pages.

Il doit aussi prendre en compte les contraintes techniques, connaître les standards du web et du design, savoir gérer les projets, être bon communiquant, être force de proposition, innovant.

 

Architecture de l’information : Comment vérifier son efficacité et sa pertinence

 

Comment savoir que l’architecture de l’information créée sur votre site est bonne.
Il “suffit” de:

  • Faire des tests utilisateurs.
  • Regarder les statistiques et le volume d’interactions.

En effet, il convient de s’appuyer sur les tests utilisateurs pour valider l’architecture de l’information : Selon leur comportement sur l’interface et leur capacité ou non à remplir un objectif selon un scénario défini en amont, nous pourrons savoir si le pari est gagné ou pas.

Nous prendrons en compte leur avis et leurs remarques afin d’améliorer le produit / service.

Les statistiques de performances permettent également de savoir si un parcours défini est pertinent ou pas, si la conception d’une page cible est pertinente ou pas. Les tests A/B sont très utiles également.

 

Conclusion

 

Comme vous avez pu le constater tout au long de cet article, créer et développer l’architecture de l’information ne s’improvise pas et demande de respecter les règles et méthodes de conception.

Surtout cette architecture repose sur les besoins, freins et contraintes des utilisateurs cibles dans un contexte d’utilisation précis, c’est pourquoi aucune AI ne peut ressembler à une autre.

Nous avons vu aussi que les liens avec le SEO sont très forts : en terme de maillage interne, de niveaux de profondeur, de sémantique utilisée.

Une des règles à toujours garder en tête est de prendre en compte les comportements des utilisateurs sur vos interfaces afin de les améliorer de manière continue.

Si cet article vous intéresse, n’hésitez pas à partager.

Pour en savoir plus : Article sur l’AI de Julien Muckensturm

D'autres sujets à découvrir sur le même sujet