Tout savoir sur l’Index mobile first de Google – Guide et explications

Table des matières

Faites la différence et dites oui à la réussite :)

>> Découvrez dans ce pack de bienvenue les ingrédients de votre réussite

>> Ayez la confiance nécessaire pour construire VOTRE offre, obtenez des prospects grâce à vos valeurs et à votre SEO !

>> Accès au groupe Telegram pour échanger et avoir des conseils.

Qu’est ce que le Mobile Index First de Google ? Il s’agit d’une évolution majeure qui consiste pour Google à indexer par défaut la version mobile de votre site et non plus la version desktop comme c’était le cas à l’origine.

La bascule définitive pour tous les sites web, prêts ou pas prêts pour le mobile index first aura lieu en Mars 2021 (et non pas Septembre 2020 comme cité au départ, la faute à la crise sanitaire).

Selon votre situation (site mobile dédié, site en Responsive Web Design), vous aurez peut-être certains ajustements à réaliser.

Découvrez plus en détail ce qu’implique cette bascule et comment vous y préparer.

mobile index first de google

 

Sommaire

 

  • Qu’est ce que l’Index Mobile First de Google ?
  • Index Mobile First de Google : A quels changements faut-il s’attendre ?
  • Quelles sont les règles de conception pour apparaitre dans le mobile index first de Google ?
  • Mobile Index First : Pour aller plus loin
  • Conclusion

 

Qu’est ce que l’Index Mobile First de Google ?

 

Dès l’origine du moteur de recherche, Google a indexé la version Desktop (la version affichée sur un écran d’ordinateur) de vos pages. De fait le travail d’optimisation du référencement naturel s’est déroulé en priorité sur la version desktop.

Entre temps au tout début des années 2000 la révolution mobile est arrivée avec l’explosion que l’on connait des équipements mobiles au niveau mondial.

D’ailleurs, la part de trafic mobile a dépassé celui du trafic desktop dans le monde depuis 2017 (la tendance est moins prononcée en France : le trafic mobile n’a pas encore dépassé le trafic desktop).

Cette révolution “mobile” a progressivement modifié les usages. Désormais on utilise notre smartphone n’importe où, n’importe quand, et surtout pour toutes les utilisations possibles.

En partant de ces deux constats essentiels, Google a décidé de changer de fusil d’épaule pour continuer à évoluer et matcher avec les usages et comportements des internautes / mobinautes. En effet, son mode d’indexation ne correspondait plus au paysage du web que l’on connait aujourd’hui, en terme d’équipements, et d’usages.

 

Part de trafic mobile versus desktop dans le monde

 

trafic mobile versus desktop dans le monde

 

Part de trafic mobile versus desktop en France

 

trafic desktop versus mobile en france

 

Quel est l’historique du projet Mobile Index First ?

 

Google déploie le mobile index first dès 2016 et “officialise” la bascule vers le Mobile Index First en Octobre 2017 aux Etats-Unis.

En Décembre 2018 Google déclare afficher dans ses listes de résultats 50% des résultats issus de l’index mobile.

A partir de Juillet 2019 tout nouveau site crawlé par Google passe systématiquement dans l’index mobile first.

La bascule définitive de tous les sites vers le index mobile devait se faire en Septembre 2020 mais a été repoussée en Mars 2021 suite à la crise sanitaire du Covid-19. Ce qui laisse encore quelques mois de préparation pour les sites retardataires.

La bascule s’avère lente et progressive comme vous pouvez le constater.

L’indexation mobile est donc en marche !! Vu les évolutions citées ci-dessus, la bascule est tout à fait logique.

 

Index Mobile First de Google : A quels changements faut-il s’attendre ?

 

Il ne faut pas minorer l’importance de ce changement, car les conséquences en cas de “mauvaise” conception seront potentiellement lourdes.

 

  • La conception mobile des interfaces devient (encore plus) stratégique (en terme d’ergonomie, d’interaction, d’expérience utilisateurs, d’usages…). Parce qu’elle est profondément différente de la conception desktop, elle mérite d’être pensée en détails. Ainsi, si vos pages mobiles sont mal conçues, buguées ou inadaptées à l’affichage mobile, les internautes partiront et bonjour le taux de rebond :(.

 

  • Sur les listes mobiles de résultats Google, ce sont donc des pages mobiles qui apparaissent. Vos pages mobiles doivent donc plaire aux utilisateurs mais également aux moteurs (sous peine de perdre de la visibilité et du trafic).

C’est donc pour cela que le mobile index first n’est pas qu’une simple bascule, elle nous encourage à repenser la conception de nos sites. Et c’est très bien. C’est donc un super challenge ! Encore faut-il se poser les bonnes questions, et oser initier les changements nécessaires.

Pour les sites ne répondant pas aux critères de conception mobile, il faudra s’attendre certainement à une perte de visibilité sur les listes de résultats de Google, et ainsi à une perte de trafic.

 

Comment sait-on si Google accepte de basculer un site dans son index mobile ?

 

  • Le propriétaire de site est averti via la Search Console. Il reçoit un message disant que son site est prêt pour la bascule.
  • Dans la section paramètres de la Search Console, on trouve un bloc informatif :
    • Robot d’indexation : Robot Googlebot pour ordinateur. cela signifie que votre site est toujours dans l’index “classique”. Il convient alors de vérifier que votre site et vos pages respectent bien les critères de qualité Index Mobile.
    • Robot d’indexation : Robot Googlebot pour Smartphone. Cela signifie que votre site a bien basculé dans l’index Mobile. Il n’y a rien à faire.
  • Dans la Search Console, nous avons désormais l’indication sur les statistiques de l’exploration. Nous pouvons connaitre la part de crawl (analyse des pages) effectuée par le robot d’indexation mobile : le Googlebot mobile.
  • Il est possible de regarder au niveau des logs serveurs la part de crawl de vos pages effectué par Googlebot mobile. En effet si le volume de crawl est majoritairement consommé par Googlebot mobile dans ce cas Google semble privilégier la version mobile de vos pages.

mobile index first part de crawl mobile

Les conditions de la bascule dépendent de la validation de nombreuses conditions techniques et ergonomiques et non de la part du trafic mobile sur le trafic global (comme on pourrait logiquement le penser).

En gros si vos pages sont mobile-friendly Google devrait valider votre mutation sur l’index mobile, mais ce n’est pas le taux de trafic mobile qui joue (du moins pas directement).

 

Quelles sont les règles de conception pour apparaitre dans le mobile index first de Google ?

 

Comme mentionné plus haut, la version mobile de votre site va devenir la version par défaut présente dans l’index de Google.

De fait, la part de trafic, interactions et conversions générées via la version mobile de votre site vont mécaniquement progresser.

C’est pourquoi, vous avez donc tout intérêt à bien travailler sur la conception de vos interfaces mobiles.

Souvent, on considère qu’afficher la version mobile de son site en Responsive Web Design suffit. Et bien non, ce n’est qu’un début ! Oui vraiment je vous assure !

 

Liste des erreurs de conception les plus communes

 

Il s’avère que les erreurs de conception sont encore trop peu connues voire ignorées des propriétaires de sites (ou en tout cas le degré d’impact de ces problèmes).

  • La présence de l’ascenseur latéral obligeant à slider à droite ou à gauche.
  • Les textes apparaissant en taille trop petite pour une bonne lecture.
  • Les espaces entre les lignes et les paragraphes trop minces (2px entre chaque ligne, 7 px entre chaque paragraphe) contraignant la lecture.
  • La présence de liens au format bouton et non texte (en terme de visibilité, et d’accessibilité).

Voici la liste des erreurs (listées par Google lui-même) les plus communes et les solutions correspondantes pour y remédier :

mobile index first

mobile index first

Voir le rapport de la Search Console sur les erreurs d’ergonomie mobile.

Voir le dossier sur les règles d’ergonomie mobile.

mobile index first

 

Rappel des règles de conception

 

  • L’architecture de l’information sur mobile diffère également de la version desktop : On n’affiche pas le même volume d’information sur mobile ou desktop.
  • Il faut communiquer efficacement avec ses utilisateurs cibles, susciter une émotion, répondre efficacement à leurs attentes, fournir ainsi une offre de service efficace.
  • A noter que Google continuera de prendre en compte le contenu « caché » de la version desktop ) à partir du moment où l’internaute peut y accéder – en cliquant sur le bouton en savoir plus par exemple – (on part du principe que la version mobile ne peut et ne doit afficher que les éléments essentiels et indispensables de la page).
  • Les contenus entre mobile et desktop doivent être synchronisés (login par exemple), de telle sorte que le user peut naviguer entre les deux devices facilement.
  • Enfin il faut faciliter la navigation du mobinaute en lui indiquant son adresse mail déjà renseignée, ou la possibilité de se loguer avec ses comptes sociaux (fb par exemple).

 

  • Googlebot peut il accéder à vos contenus ?
    • Les balises méta doivent être identiques entre la version mobile et desktop.
    • Ne pas différer le chargement du contenu principal après une interaction de l’utilisateur.
    • Ne pas interdire à Googlebot d’accéder à vos ressources (js, css, images, etc).
  • Vos contenus sur mobile et desktop sont-ils identiques ?
    • Vos versions de pages mobile et desktop doivent présenter le même contenu (en cas de divergences, mettez à jour les deux contenus).
    • La page étant limitée en terme d’espace, il faut peut être alléger le contenu sur mobile (comprendre : cacher du contenu sur la version mobile) : Comment Google comprend-il cela ? Sanctionne-t-il ? C’est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre. John Mueller, analyste chez Google, lors d’un hangout, a précisé que Google analyse et récupère le code html + contenu de la page visible par l’internaute (pas de display:none donc). Les contenus volontairement cachés sur mobile pour faciliter l’expérience de l’utilisateur sont pris en compte s’ils sont consultables par l’internaute.
    • En gros tant que l’utilisateur a accès au contenu il n’y a pas d’inquiétude. Si le contenu caché sur mobile n’est pas accessible et qu’il présente de l’intérêt sur desktop, là vous risquez des pertes.
    • Vous pouvez afficher des boutons du type “en savoir plus” qui feront apparaitre le reste du contenu initialement caché. Tant que l’utilisateur y a accès et que la richesse du contenu visible l’incite à en savoir plus, à mon sens il n’y a pas de problème.
  • Les microdata sont ils implémentés sur mobile et sur desktop ?
    • Les données structurées doivent être intégrées sur mobile et desktop.
    • Assurez vous que les url présentes dans les microdonnées correspondent bien au device.
  • Vos images sont-elles accessibles autant sur desktop que sur mobile ?
    • Ajouter des images de qualité.
    • Utiliser le même attribut alt sur mobile et desktop.
  • Même question pour les vidéos ?
  • Respectez-vous les bonnes pratiques en terme de gestion des url différenciées entre mobile et desktop ?
    • Le code réponse de deux url d’une même page doit être identique entre mobile et desktop.
    • Ne pas utiliser d’url fragmentée (#).
    • Les modes de redirection doivent être synchronisés entre le desktop et le mobile.
    • Avez vous un accès Search Console pour la version desktop et mobile ?
    • Vérifier que le robots.txt soit synchronisé sur Mobile et desktop.

 

Mobile Index First : Pour aller plus loin

 

Bascule vers le mobile index first : Que faire si votre site est déjà en Responsive Web Design ?

 

Le design de la page s’adapte à la largeur de l’écran (les points de rupture sont définis au moment de la conception des templates à l’aide des fameuses media queries).

Les url ne changent pas, et ne sont pas dupliquées (une même page accessible avec une url desktop et une url mobile).

Enfin il n’y a pas de détection du type de device nécessaire. Google recommande d’utiliser un site en version responsive web design. Si cela est possible, n’hésitez pas à migrer votre site mobile vers la version responsive (plus facile de gérer un site plutôt que deux).

Le « seul » travail réside dans l’adaptation du contenu au device mobile.

C’est le scénario le plus simple dans le sens où les adaptations ne concernent vraiment que les corrections d’ergonomie (et faire attention à la priorisation des éléments à afficher).

 

Bascule vers le mobile index first : Que faire si votre site a une version mobile non optimisée (site mobile à part) ?

 

Les conséquences de rester sur une version mobile non optimisée (moins riche que la version desktop, moins travaillée ou moins mise à jour) peuvent s’avérer à long terme catastrophiques (fortes pertes de trafic et conversions à prévoir).

Si c’est le cas de votre site, vous avez deux solutions :

Revoir entièrement la conception de votre version mobile (navigation, contenu, templating, interactions, expérience utilisateur).

Si votre version desktop est déjà en RWD, n’hésitez pas à migrer votre site mobile vers le site desktop.

Si votre version desktop n’est pas RWD, profitez de ce chantier pour le refondre en RWD, ce sera toujours du temps de gagné pour la suite.

Du moins si vous ne pouvez pas faire de refonte complète de votre site mobile, procédez à la migration par zones du site : les pages article, les pages produits etc.

Pensez à ajouter les balises de correspondance entre la version mobile et desktop :


 

Bascule vers le mobile index first : Que faire si vous n’avez pas de version mobile ?

 

La solution est très simple : prévoyez-en une.

Ou planifiez une refonte qui en inclue une.

De toute manière, vu l’essor du trafic mobile, mobile index first ou pas, vous avez intérêt à vous doter d’une version mobile solide.

 

Index mobile first : Quels sont les critères de classement sur les listes de résultats ?

 

Le mobile index first de Google implique un changement dans la méthode d’indexation et non au niveau du classement. Je dirais donc que les critères de classement sur les listes de résultats Google restent inchangés.

Pour continuer de bien vous positionner, ne jouez pas avec le feu :

  • Pas de contenu caché sur mobile, ni de contenu ou de balisage différent entre les deux versions mobile et desktop.
  • Présentez un site parfaitement conçu pour mobile.

Pour apparaitre efficacement sur les listes de résultats de Google :

  • Pensez au temps de chargement.
  • Pensez à la richesse du contenu + champ sémantique.
  • Pensez à une architecture de l’information (navigation interne + arborescence) user-friendly et SEO-friendly.
  • Pensez à l’accès rapide à vos pages par les robots d’indexation.

 

Quelle est la différence entre Responsive Web Design ou Adaptive Web Design ?

 

La plupart du temps on parle de Responsive Web Design, comme méthode d’affichage par défaut. Mais, il existe aussi l’Adaptive Web design, qui est plus coûteux en terme de développement et qui permet d’avoir des interfaces plus adaptées à chaque device.

adaptive web design versus reponsive web design

Responsive Web Design : Le contenu de la page s’adapte à la largeur de l’écran quelque soit le device : Afficher au mieux la page via les media queries.

Le contenu d’une même page sera consulté sur n’importe quel device.

Adaptive Web Design (amélioration progressive) : Affiche un contenu adapté à chaque device pour une meilleure expérience utilisateur. Les interactions sont adaptées. Il est plus complexe et coûteux à développer. De fait il nécessite de bien connaître les besoins et contraintes des utilisateurs cibles.

adaptive web design

 

Conclusion

 

La bascule vers l’index mobile first de Google est loin d’être anodine, et implique de nombreuses questions sur la conception de vos pages et même sur votre stratégie digitale.

En même temps, elle est une super opportunité de revoir / reconsidérer la conception de vos pages mobiles et offrir ainsi la meilleure expérience possible à vos utilisateurs.

Car c’est en offrant une super expérience utilisateur que vous pourrez les fidéliser et créer de fait une communauté autour de votre site, de votre marque.

Et ainsi générer plus de trafic et d’interactions. Bref, vous l’aurez compris, c’est un cercle vertueux que vous créez petit à petit.

Ce projet implique que vous ayez nécessairement une approche mobile : en terme de stratégie mobile, mais aussi de compatibilité mobile (par exemple : tester son site, tester l’affichage des contenus mobiles sur les appareils mobiles ou terminaux mobiles, analyse de la compatibilité, tester la navigation mobile, et le comportement de l’utilisateur mobile sur un petit écran comme l’écran de smartphones et tablettes : l’écran est-il adapté au mobile ?). C’est à dire miser sur une vraie expérience mobile proposée à vos utilisateurs mobiles. Bref proposer à l’usage des sites adaptés, compatibles mobile, en responsive webdesign.

Une question ? Un besoin ? Une demande d’information ?

D'autres sujets à découvrir sur le même sujet