Comment te créer et développer une stratégie de contenus pérenne et durable ?

Table des matières

Comment construire une stratégie de contenus durable et pérenne si tu sens que tu n’as rien à dire ?

Mais n’a-t-on réellement rien à dire ? Est ce seulement possible ?

Question presque philosophique.

Personnellement je n’y crois absolument pas.
La semaine dernière je titillais une cliente sur sa stratégie de contenus, et plus précisément sur ce qu’elle avait à dire, et comment elle voulait le dire.

Elle m’a dit qu’elle n’avait rien à dire. Rien d’intéressant. Rien qui ne pouvait apporter de la valeur à son business et à ses clients.

Je crois que chacun.e a des choses à dire, à sa manière, à son niveau, des choses qui peuvent aider / soulager / rassurer.

Il faut “juste” trouver le bon angle, le bon format, le bon support afin que cela fonctionne.

Et cela peut fonctionner. Vraiment.

> Pour vendre un produit ou un service.

> Pour exprimer tes émotions, tes ressentis, tes sentiments, tes joies, tes peurs, tes angoisses.

> Pour marquer les esprits, pour te rendre irrésistible et remarquable.

 

Retour sur ce qu’est la stratégie de contenus

 

La stratégie de contenus fait partie de ta stratégie de communication digitale. Elle s’inscrit dans ton dispositif d’inbound marketing (le fait de faire venir les gens à toi via tes contenus, d’où l’intérêt pour toi qu’ils soient intéressants).

Ta stratégie de contenus a pour objectif de t’aider à cadrer le développement éditorial sur ton site web et sur tes réseaux sociaux.

Pour cet exercice de stratégie de contenus, il s’agit pour toi de produire du contenu de qualité, attractif, à forte valeur ajoutée, intelligent et qui répond aux besoins utilisateurs et aux intentions utilisateurs dans le respect de la ligne éditoriale, de la charte éditoriale et du positionnement éditorial définis en amont afin d’impacter positivement les clients et les prospects, générer des interactions, capter de la data et des adresses mail.

Parmi les différents formats envisageables : articles, vidéos, podcasts, interviews, guides, études de cas, livres blancs, newsletter, infographie.

Parmi les différents supports envisageables : blog, réseaux sociaux, newsletter, mails automatisés, plateformes tierces pour développer une communauté (HeartBeat par exemple).

Ta stratégie de contenus est à la fois ton canal d’acquisition de nouveaux clients et à la fois ton canal de fidélisation de tes clients déjà présents.

Au travers de tes articles, de tes pages de vente, dans ton parcours utilisateur.

On parle de création de nouveaux contenus, mais n’oublions pas la mise à jour de contenus existants.

Le tout, structuré dans ton calendrier éditorial.

Tant que possible, garde en tête que ta stratégie de contenus doit être la plus régulière possible. D’où l’intérêt de l’intégrer dans ta routine hebdomadaire (car on sait très bien que ton quotidien d’entrepreneur peut être pris par mille priorités).

 

Quand tu penses (à tort) que tu n’as rien à dire

 

Le syndrome de l’imposteur, le manque de confiance ou la carence en estime de soi peuvent te bloquer dans ta communication.

Tu ne te sens pas légitime, pas à la hauteur. Tu n’oses pas, tu imagines que ce que tu vas dire n’intéressera personne ou pire sera pris comme de la condescendance ou une haute estime de soi.

Sauf que là, tu fais une projection. Tu oublies que la réalité de tes lecteurs ne t’appartient pas.

Donc ne perd pas de temps avec des projections sur lesquelles tu n’as aucun impact.

Fonce et concentre toi sur ce que tu as à dire.

 

Tes pensées limitantes

 

Ce sont tes pensées limitantes qui te bloquent dans le passage à l’action. C’est dans la tête que ça se passe.

De fait, tu n’agis pas, tu procrastines, tu te sabotes ou tu t’autocensures. Bien sûr ce n’est pas sain.

N’oublie pas non plus que ton objectif n’est pas de plaire à tout le monde et c’est tant mieux. ce serait terriblement ennuyeux.

C’est simple : si tu veux plaire à tout le monde, tu ne plais à personne. Car à vouloir être hyper consensuel ton contenu devient lisse et donc pénible à mourir. Ce que tes lecteurs attendent, ce sont des prises de position, des idées, un autre regard. Bref, que tu t’exprimes.

 

Tu as des choses à dire… Ta marque personnelle

 

Et pourtant, oui bien sûr tu as des choses à raconter, des tas de choses même, en tant qu’individu et entrepreneur.

Avec tes mots, ta réalité, ta perception, ta personnalité, ton approche, ta sensibilité, tes valeurs, tes convictions, ton humour même.

C’est à ce moment là que ton fameux personal branding (marque personnelle) rentre en scène.

Ta marque personnelle va te permettre de te rendre irrésistible et remarquable auprès de tes prospects / clients.

Grâce à :

Ta zone de génie.

Ta raison d’être.

Ta mission.

Ta vision de ton marché et ta manière de changer le monde à ta manière à ton niveau.

Ton positionnement et tes axes de différenciation.

Ton (hyper)sensibilité.

Ta promesse de changement / proposition de valeur.

Et tes offres irrésistibles.

Ta personnalité, ton style, tes croyances et convictions, tes valeurs, tes qualités et défauts.

Bref, tout ce qui fait que tu es unique. Et que tu oses être toi.

 

 

Exemple d’une stratégie de contenus triste et déprimante

 

Avant je faisais des contenus chiants

Mais ça c’était avant :).

>> Je faisais des articles sur le SEO, très techniques, sans saveur, sans âme, sans émotion, sans réelle valeur ajoutée même.

Des contenus factuels, techniques, fonctionnels. Chiants.

>> Je m’ennuyais quand je les écrivais et encore plus en les relisant.

> Les mêmes contenus, les mêmes sujets que les concurrents SEO.

 

Plus de contenu clone, mais une stratégie de contenus bien à moi

 

Je faisais du contenu “clone” en étant un clone de mes concurrents (à force de suivre les diktats de l’Internet, les bonnes pratiques des GAFA, les évolutions des algorithmes des mêmes GAFA et autres réseaux sociaux).

 

Entre deux articles tristes et déprimants, me sont venues ces questions :

  • Comment me différencier et sortir de cette impasse rédactionnelle ?
  • Comment marquer les esprits ?
  • Alors que tout le monde pond les mêmes sujets, avec les mêmes mots clés, les mêmes règles de rédaction web .

 

Comment faire la différence

 

Bref, comment faire différemment pour prendre du plaisir dans la rédaction et toucher mes lecteurs, devenir mémorable et remarquable. La problématique de bon nombre d’acteurs du web est là.

 

En parallèle, je savais que :

>> J’avais des choses à dire.

>> J’avais un peu d’humour que je pouvais insuffler dans mes contenus.

>> J’avais une envie furieuse d’écrire, de dire, d’exprimer, de crier au Monde. Peut-être même, oserais-je dire, avec humilité, inspirer et motiver mes lecteurs (en tout cas c’est mon souhait).

 

Le jour où j’ai eu le déclic

 

J’ai eu le déclic quand j’ai pondu ce fameux article “Qu’est ce qu’entreprendre ?”.

>> Cet article m’est venu comme une sorte d’évidence. Parce que sur ce sujet, je me sentais à ma place, aligné, capable de porter mon message, de le rendre fun, drôle, décalé.

Bon, il vaut ce qu’il vaut, mais il a le mérite d’illustrer assez fidèlement mon ressenti sur ce sujet immense : l’entrepreneuriat et toutes les difficultés et opportunités qu’il représente.

>> Un article à dimension émotionnelle, personnelle, inspirationnelle. Et aussi un peu informative. Un article écrit avec mes tripes, mon humeur du moment.

>> Pas de storytelling marketé à outrance, juste des mots sympas, vrais et sincères dans mon contexte de rédaction.

 

J’ai tout lâché comme une écriture thérapeutique

 

J’y suis allé et j’ai tout lâché : mes pensées limitantes, les convenances et autres diktats de l’internet. Je voulais écrire “mon truc” à ma sauce, avec mes mots.

>> Bref, j’ai lâché prise. Complètement. J’ai écrit comme si l’article m’était destiné, comme un journal intime presque, avec un plaisir et une satisfaction inédits pour moi.

>> Plus qu’un plaisir, une libération.

Enfin, j’avais trouvé un axe qui me plaisait.

Enfin, j’avais la certitude qu’on pouvait construire une stratégie de contenus sur Internet sur un sujet intéressant en prenant du plaisir.

La voie était grande ouverte.

Ce cas personnel n’est bien sûr pas une généralité.

Je n”écris pas cela par prétention, juste pour montrer qu’un Autre Regard est possible sur la stratégie de contenu digitale.

 

Les limites de l’exercice

 

Tout le monde n’est pas forcément à l’aise avec l’exercice d’écriture : La rédaction pure. Faire des liens entre les phrases, choisir les bons mots, raconter une histoire, avoir la patience d’écrire.

Surtout qu’il existe d’autres moyens d’expressions telle que la photo, tout aussi puissants.

Bref, c’est à toi de trouver le format qui te correspond, qui te met en joie.

Il n’y a pas de règle ni de jugement sur ce point. En fait, si ! Il y a une règle : prendre du plaisir.

>> L’objectif de la rédaction web n’est pas non plus de raconter des choses personnelles ou intimes.
Tout n’est pas racontable heureusement.

 

Bon, concrètement, comment on la construit cette stratégie de contenus ?

 

Ta stratégie de contenus dans le cadre d’une communication narrative

 

En bref, raconter ce qui est utile pour amener tes lecteurs à adhérer à tes propos, et à s’intéresser à ta proposition de valeur et ainsi à tes produits et services.

Simplement raconter une histoire avec tes mots dans un contexte précis pour expliquer pourquoi tu es la bonne personne pour répondre à la problématique du client.

Bref, à toi de trouver votre moyen d’expression et de ne pas vous trouver les “mauvaises” excuses pour ne pas passer à l’action, car cela est le pire scénario.

 

Exemple de stratégie de contenus axée sur les problématiques métier

 

Objectif : Traiter un sujet informatif sur ton expertise.

 

  1. Cible les thèmes et sous-thèmes qui intéressent tes utilisateurs dans le contexte de leur problématique.
  2. Pour chacun, identifie l’intention de l’utilisateur (ce qu’il cherche derrière cette thématique). Exemple avec la rédaction web : les intentions peuvent être : le métier, la méthode, les outils.
  3. Pour chacune de ces intentions définis un ou plusieurs sujets d’article, de manière à être complet dans le traitement du sujet. Exemple avec la rédaction web : quelles sont les règles de la rédaction web, qu’est ce que la rédaction web, que fait un rédacteur web, quelles sont les formations menant au métier de rédacteur web.
  4. Dans chacun des articles que tu vas pondre, montre ton expertise, ajoute un call to action pour créer de l’engagement et faire entrer l’utilisateur dans le parcours que tu as créé pour lui.
  5. En ajoutant ta personnalité, ta perception. Il faut te “mouiller”, t’impliquer dans l’article, dans le sens où on doit sentir une conviction dans l’écrit, prendre position.
  6. Tu structures, planifies, priorises le tout dans ton calendrier éditorial.

 

Ressources complémentaires

 

Test “Où en es tu dans ta stratégie de contenus ?”

Qu’est ce que le slow content

Comment créer un calendrier éditorial

Comment créer la stratégie éditoriale

Ecrire un article optimisé SEO

Reçois ton shoot d'inspi'
Chaque Lundi dans ta boite mail